Quotidien des Usines

Fin de partie pour l'usine Altia de Montreuil-Bellay

, , ,

Publié le

Faute de repreneurs, l'usine Altia de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), spécialisée dans les équipements pour cabines d'engins de tracteurs et de TP, est liquidée.

Fin de partie pour l'usine Altia de Montreuil-Bellay © D. R.

Le tribunal de commerce de Paris a prononcé le 16 février la liquidation judiciaire sans poursuite d’activité du site Altia de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), fabricant d’équipements pour cabines de tracteurs et d'engins de travaux publics, appartenant au groupe Altia. Cette unité employait 66 personnes. Le site de Montreuil-Bellay avait été placé en redressement judiciaire le 30 août dernier.

Les unités Altia du Mans (Sarthe) et de Montreuil-Bellay avaient été placés en redressement judiciaire le 30 juillet dernier, puis, en septembre, la période d’observation des sites avait été prolongée de trois mois. Les 132 salariés du site du Mans, travaillant notamment pour Massey-Ferguson, redoutent d'avoir à subir le même sort.

Dans un communiqué, Jacques Auxiette, président du conseil régional des Pays de la Loire indique que des possibilités de reprises ont été cherchées pour Montreuil-Bellay, mais en vain. "Le prolongement de la période d’observation n’a pas permis de trouver une solution permettant de sauvegarder l’activité à Saumur. J’avais moi-même interpellé l’administrateur judiciaire en charge du dossier, mais aussi le gouvernement fin août. Nous étions disposés à accompagner tout projet de reprise dès lors qu’il apparaîtrait solide, pérenne, et présentant des engagements fermes en matière de maintien des emplois", détaille l'élu.

Début janvier, Manitou, l'un des principaux clients d'Altia Montreuil avait cessé de passer commande précipitant l'arrêt de l'activité. En novembre, le site Altia d'Ecouflant (Maine-et-Loire), en périphérie d'Angers et spécialisé dans l'injection plastique, avait été repris par l'équipementier angevin Devillé, lequel a sauvé 43 emplois sur 103 avec la perspective de réinvestir 6 millions d'euros dans cette activité.

Emmanuel Guimard
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte