Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Fin de partie pour l’abattoir Doux à Chantonnay

, , , ,

Publié le

Alors que Doux passe sous l’égide du groupe LDC, le site de Chantonnay (Vendée) et ses 290 salariés restent sur le carreau.

Fin de partie pour l’abattoir Doux à Chantonnay
La fermeture de l'abattoir Doux à Chantonnay, le 31 mai, est inéluctable.
© Aleks c.c.

Comme prévu, l’abattoir de Chantonnay (Vendée) sera bel et bien laissé pour compte dans le processus de reprise de Doux. Le tribunal de commerce de Rennes (Finistère) a en effet entériné le 18 mai l’offre du groupe sarthois LDC sur les actifs bretons de Doux, Chantonnay restant sur le carreau. Une lueur d’espoir subsistait pour cette unité de 300 personnes (intérimaires compris), en liquidation judiciaire depuis le 4 avril. Mais un temps pressenti, l’industriel anglais Chesterfield, spécialiste du poulet hallal, n’est pas allé au bout de son projet. Son dossier n’était, semble-t-il, pas suffisamment solide pour être accepté par le tribunal de commerce. Chantonnay produisait chaque jour 190 000 poulets congelés pour l’export au Moyen Orient.

Reclassements

Dès lors, la fermeture de cet abattoir, le 31 mai, est inéluctable. Selon Ouest-France, le couvoir Ballis (25 salariés) à l’Oie disparaît avec l’abattoir tandis que les fermes de ponte (60 salariés) ainsi que l’usine d’aliments des Essarts-en-Bocage (15 salariés) seront reprises par Terrena et par LDC. Les licenciements seront notifiés courant juin aux 145 salariés de Chantonnay. Mais déjà, le groupe Terrena, propriétaire du site, a établi une liste de 150 offres de reclassement au sein de Galliance, son pôle volaille. Le groupe LDC, repreneur des activités bretonnes de Doux, a également identifié 150 offres de reclassement dans ses quatre usines vendéennes, aux Essarts, à Sainte-Hermine, Saint-Fulgent et Chavagnes-en-Paillers. Car en Vendée, LDC est le propriétaire des sites Arrivé (Maître Coq).

Plein emploi

La cellule de reclassement, animée par le cabinet de gestion des ressources humaines Altedia, ne devrait pas manquer de propositions d’emplois chez d’autres acteurs de l’agroalimentaire vendéens tels Sodebo, Pain Concept, La Boulangère ainsi que dans d’autres secteurs d’activité, le transport notamment. La situation de quasi plein emploi que connaît actuellement le bocage vendéen devrait aussi profiter aux 140 intérimaires et CDD de l’abattoir qui ne peuvent bénéficier du plan social.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle