Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Fin de la pénurie de mémoires flash NAND attendue en 2018

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Selon TrendForce, la pénurie de mémoires flash, qui sévit depuis le troisième trimestre 2016, devrait se résorber en 2018. Un retour à l’équilibre favorisé par la concrétisation de l’effort de migration des fabricants vers les puces 3D.

Fin de la pénurie de mémoires flash NAND attendue en 2018
Mémoire flash 3D de Samsung, leader du marché
© Samsung

L’industrie électronique devra encore patienter. La pénurie de mémoires flash NAND, qui sévit depuis le troisième trimestre 2016, va se poursuivre jusqu’à la fin de 2017. Il faudra attendre 2018 pour qu’elle se résorbe enfin, prévoit le cabinet d’études de marché TrendForce. La crise aura alors duré six trimestres consécutifs avec, pour tous les équipementiers électroniques, des difficultés d’approvisionnement et une envolée sans précédent des prix.

Baisse de la demande au début 2018

Du fait de la saisonnalité des smartphones, gros consommateurs de mémoires flash NAND, mais aussi des PC, téléviseurs, appareils photo et autres produits électroniques grand public, la demande de ces puces va brutalement baisser au premier trimestre 2017, apportant un grand répit sur le marché. L’augmentation de la production chez les fabricants prendra ensuite le relais pour normaliser la situation sur l’ensemble de l’année 2017.

La pénurie a été provoquée par les difficultés des fabricants autres que Samsung à migrer vers les mémoires flash 3D dans les temps. Résultat : la production a baissé alors que la demande continue d’augmenter, tirée par le besoin de doper le contenu en mémoires à chaque génération de produits comme les smartphones. Ces problèmes sont en train d’être aplanies, laissant présager une montée en puissance de la production de puces 3D d’environ 50% de l’ensemble de la production de mémoires flash NAND en 2017 à plus de 70% en 2018.

Incertitudes autour de Toshiba

Chez Samsung, qui domine le marché à 37% selon TrendForce, la part 3D de sa production de mémoires flash NAND devrait grimper entre 60 et 70% en 2018, contre environ 50% au quatrième trimestre 2017. Chez le duo Toshiba-Western Digital, qui détient environ 36% du marché, le pourcentage devrait passer de 30% à 50% sur la même période. Chez le duo Micron Technology-Intel, la part devrait monter entre 60 et 70% en 2018, contre 40 à 50% en 2017. Enfin, chez SK Hynix, plus petit acteur du marché, le pourcentage devrait passer entre 40 à 50% en 2018, contre 20 à 30% en 2018.

Reste les incertitudes qui entourent la vente des mémoires flash NAND de Toshiba, prévient TrendForce. L’accord conclu avec le consortium mené par le fonds d’investissement Bain Capital après plusieurs mois de tergiversations risque d’être remis en cause. Western Digital, partenaire du groupe japonais dans la production de mémoires flash NAND depuis 2000, s’oppose farouchement à cette transaction. Faute d’accord entre les deux parties,  cela risque de retarder la mise en service de leur usine Fab 6, à Yokkaichi, au Japon, prévue au départ en 2019.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus