Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Fin de l’infructueuse aventure d’Areva dans les énergies renouvelables

Ludovic Dupin ,

Publié le

La création d’un nouvel Areva, dit Areva NewCo, recentré sur le combustible nucléaire a exigé la cession de nombreux actifs. Avec l’imminente vente d’Adwen (coentreprise Areva-Gamesa dans l’éolien offshore) à Gamesa, l’entreprise est désormais sortie des énergies renouvelables, dans lesquels elle n’a jamais trouvé de rentabilité.

Fin de l’infructueuse aventure d’Areva dans les énergies renouvelables © D.R. - Areva

En 2009-2010, l’Etat, actionnaire à 86,5 % d’Areva pousse le groupe à diversifier ses activités dans les énergies renouvelables. Une aventure qui va se révéler non payante. Areva s’engage essentiellement dans le solaire thermique à concentration et dans l’éolien offshore. Sans compter également quelques activités plus modestes dans les bioénergies et l’hydrogène. Mais ces nouvelles aventures vont s’avérer trop gourmandes en capitaux et participeront à plomber les comptes d’Areva, déjà malmenés par de lourds programmes d’investissements dans ses installations nucléaires et par les retards de l’EPR en construction en Finlande.

Entre 2013 et 2015, ces activités ont entraîné une perte de plus d’un milliard d’euros, notamment à travers de lourdes provisions et dévalorisations. Dès août 2014, Areva annonce l’arrêt de ses activités dans le solaire, se limitant à achever les projets en cours. Pour l’éolien offshore, l’histoire est plus complexe puisqu’Areva, avec les autres grands acteurs de l’énergie français (EDF, Alstom, Engie), devait participer à la création des premiers champs français et à la mise en place d’une vraie filière nationale, à travers la construction de notamment deux usines au Havre (Seine-Maritime). Il aura fallu attendre le 14 septembre 2016 pour que le conseil d’administration autorise la vente des 50 % d’Areva dans Adwen, qui regroupe les activités éoliennes d’Areva, à l’espagnol Gamesa pour 60 millions d’euros.

Areva Ta, Areva NP, Canberra et les renouvelables

La somme est faible au regard des pertes que cette activités a entraîné chez Areva. Mais l’offre de l’espagnol a le mérite de préserver Areva de risques sur le projet Wikinger en mer Baltique allemande, censé devenir le plus grand parc en eaux profondes. En cas de dérives, il pourrait voir ses coûts exploser. Areva avait déjà consenti à Adwen un prêt de 230 millions d’euros en cas de besoin.

Avec cette cession, Areva a quasiment acté le recentrage de ses activités sur le cycle du combustible nucléaire (mines, enrichissement, traitement) afin de donner naissance à une entreprise au périmètre resserrée et rentable : Areva NewCo. Outre les renouvelables, Areva s’est séparé d’autres activités. D’une part, Areva TA, qui conçoit les propulsions nucléaires pour la marine, a été repris – pour ne pas dire sanctuarisé – par le ministère de la Défense fin 2015.

D’autre part, à cette même période, l’entreprise française a engagé la cession de sa filiale Canberra, spécialiste des instruments de mesure de la radioactivité, à l’américain Mirion Technologies. Et surtout pendant l’été 2016, a été actée la reprise par EDF de 51 à 75 % de la branche d’Areva en charge de la construction et de la maintenance des réacteurs, Areva NP, valorisé à hauteur de 2,7 milliards d’euros.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

06/01/2017 - 15h46 -

Dire que c'est l'Etat qui a encouragé AREVA à se développer dans les énergies renouvelables est une contre-vérité historique. La tutelle, via l'APE, n'a au contraire cessé de dissuader A. Lauvergeon de se diversifier, l'encourageant à se concentrer sur son métier de base (d'où la facilité avec laquelle elle a pu acquérir URAMIN…). Il s'agissait là de la seule volonté stratégique d'A. Lauvergeon.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle