Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Filière automobile : à la recherche de solutions et de coopération

, , ,

Publié le

Un an après le lancement de la plate-forme automobile, les acteurs du secteur se sont réunis pour faire un premier bilan et poursuivre leurs travaux de concertation pour tenter d’instaurer une filière automobile française.

Filière automobile : à la recherche de solutions et de coopération © D.R.

Célébrer les "un an" du lancement de la plateforme automobile a été l’occasion pour les acteurs du secteur automobile de rappeler la nécessité de renforcer leurs efforts en matière de compétitivité. Philippe Varin, pour le groupe PSA Peugeot Citroën, a ainsi appelé la filière « à créer une dynamique correspondant aux nouvelles conditions de marché et de volume d’activité ». L’objectif des ateliers thématiques de débat est d’établir une relation de partenariat entre les fournisseurs, les équipementiers et les constructeurs. Pour améliorer cette relation, PSA a proposé l’ouverture d’un guichet unique pour venir en aide aux fournisseurs en difficulté, en leur donnant accès à des dispositifs d’aide. De son côté, Carlos Ghosn pour Renault voit dans la plateforme l’occasion de réussir la transformation du secteur, nécessaire pour survivre à la crise et développer une industrie compétitive.  « Les acteurs du monde automobile doivent écouter, échanger, dialoguer ensemble pour porter plus loin l’automobile française », a expliqué Claude Cham, président de la fédération des équipementiers (Fiev).

Surcapacités : 50 000 emplois menacés

Et doivent résoudre l’un des principaux fléaux du secteur : les surcapacités. « En ce moment, on a un rebond de volume qui sature nos usines », a expliqué le patron de l'équipementier Plastic Omnium, Laurent Burelle. « Le problème, c'est la surcapacité. Qui paye et comment ? ». Ce dernier a expliqué que 30% de ses fournisseurs lui étaient imposés, et que parmi les autres seuls 25% se trouvent en France. « Pourtant, 20% de la production de Plastic Omnium est destinée à la France », a-t-il assuré, réclamant des aides du FMEA de rang 2. Si le marché automobile affichait une hausse de près de 11% de ses ventes en 2009 grâce à la prime à la casse, tous les acteurs sont unanimes pour dire que l’année 2010 devrait enregistrer un repli de 10% des ventes en Europe.

Pire, selon les chiffres de la Plateforme automobile, plus de 50 000 emplois pourraient encore être supprimés dans le secteur en 2010. D’Heuliez dont la situation change chaque jour à Valeo qui entreprend une restructuration mondiale en passant par Bosch qui prévoit un plan social pour 153 personnes, tous les équipementiers ont subi de plein fouet la crise. En 2009, les ventes des usines d’équipement automobile ont atteint 15,6 milliards d’euros en 2009, soit un recul de 22,8% par rapport à l’année précédente. Une chute entraînant déjà un repli des effectifs  de 9,5% environ, avec  97 000 personnes employées au 31 décembre dernier chez des équipementiers de rang 1.

Or, comme l’a rappelé Carlos Ghosn, « il n’existe pas dans l’histoire de l’automobile de constructeur compétitif sans fournisseur et carrossier compétitif ». Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, a proposé une solution en évoquant la création d’un label « produit en France » pour l’automobile. Un groupe de réflexion sur le sujet doit rendre ses conclusions avant l’été. « Produire en France, ce doit être le mot de ralliement de l’ensemble des acteurs de la filière automobile », a-t-il lancé.  Et le ministre pense déjà au futur, malgré les problèmes récurrents. Il entend réunir d’ici à l’été le comité stratégique de l’automobile concernant l’utilisation du grand emprunt pour les véhicules du futur avec une enveloppe de 750 millions d’euros.

Examen serein

En réponse aux déclarations de PSA Peugeot Citroën et de Renault concernant leurs remboursements avancés, le ministre de l’Industrie a déclaré qu’il allait « examiner sereinement » ces propositions, rappelant que l’option serait ouverte seulement à compter d’avril 2011.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle