Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Figeac Aero signe un contrat historique avec Boeing

Olivier James ,

Publié le

Le sous-traitant aéronautique Figeac Aero décroche son premier contrat avec le géant américain Boeing. Un succès pour l’entreprise française qui cherchait depuis dix ans à devenir un fournisseur direct.

Figeac Aero signe un contrat historique avec Boeing
Dans l'usine Figeac Aero de Figeac (Languedoc-Roussillon)
© Dominique Delpoux

C’est la validation d’une stratégie d’internationalisation menée tambour battant par son impétueux patron. Le sous-traitant aéronautique Figeac Aéro a annoncé mardi 9 janvier avoir signé son premier contrat avec l’avionneur américain Boeing. "C’est un objectif que je poursuivais depuis dix ans, précise Jean-Claude Maillard, le patron de cette entreprise lotoise de plus de 3000 salariés. L’acquisition d’une usine à Wichita, dans le Kansas, en mai 2014 a été l’un des éléments déclencheurs".

La PME créée en 1989 à partir de presque rien par Jean-Claude Maillard a fait du chemin. En plus de sa base principale en France – qui a bénéficié d’un investissement de près de 40 millions d’euros dans un atelier ultra automatisé – l’entreprise est aujourd’hui implantée aux Etats-Unis, en Tunisie, au Maroc et au Mexique. La Russie devrait être sa prochaine destination. Jean-Claude Maillard joue à plein la carte de la complémentarité industrielle entre son site hexagonal et les usines situées soit là où se trouve les marchés finaux soit en zone low cost. Une stratégie qui devrait permettre à Figeac Aéro d’atteindre pour l’exercice 2019/2020 un chiffre d’affaires de 650 millions d’euros.

Boeing ouvre ses portes

Pour Boeing, Figeac Aéro fournira des pièces de structure en aluminium, de 4 mètres de long et 1 mètre de large, destinées aux ailes du 777X, mis en service en 2020 et qui entrera en concurrence directe avec l’Airbus A350-1000. "La partie amont sera assurée par le site de Figeac, puis les pièces seront usinées et traitées à Wichita", explique Jean-Claude Maillard. Aux activités historiques de traitements de surface et d’assemblage du site américain, le pdg de Figeac a ajouté depuis l’acquisition un nouveau métier, celui de l’usinage, complétant l’offre du site. En tout, le site où travaille 150 personnes a bénéficié d’environ 25 millions de dollars d’investissement pour moderniser ses process industriels. Figeac Aéro était déjà impliqué dans le 777X, mais comme fournisseur indirect, via Israel Aerospace Industries.

Impossible en revanche d’avoir davantage de précision sur le montant de ce contrat. Mais ce n’est pas tant sa valeur – sans doute bien moins élevée que nombre d’autres contrats engrangés ces dernières années par Figeac Aéro – que ses conséquences attendues qui en font pour la PME un tournant historique. Déjà présent sur tous les grands programmes d’Airbus, l’entreprise se voit ouvrir les portes d’autres programmes de Boeing dans les années à venir. "Nous étions jusque-là parfois consultés, mais jamais retenus, reconnaît Jean-Claude Maillard. Désormais, nous aurons accès à tous les marchés".

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle