Fiducial autorisé à reprendre Neo Security, 3498 emplois sauvegardés

Le tribunal de commerce de Paris a rendu sa décision ce 3 août sur la reprise de Neo Security, spécialisé dans le gardiennage et la sécurité industrielle. Les syndicalistes sont plutôt satisfaits.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Fiducial autorisé à reprendre Neo Security, 3498 emplois sauvegardés

Soulagés. Les juges honoraires du tribunal de commerce de Paris ne sont pas allés contre la décision attendue depuis des jours par les salariés : ils viennent d’autoriser Fiducial, le groupe lyonnais d'expertise comptable et de services aux entreprises, à reprendre la holding Neo Security.

3 317 emplois sur quelque 4 880, dont 124 postes administratifs, seront conservés par Fiducial, comme le prévoyait l’offre déposée en début de semaine. La société G4S, elle, reprend comme prévu le seul contrat de surveillance de l’ambassade américaine à Paris et ses 181 salariés.

3 498 emplois sauvegardés au total, de quoi satisfaire les syndicats de Neo Security. "On est content, même si on perd tout de même un millier de salariés pour le moment. Dans l’idéal, on aurait préféré que 100 % des effectifs soient repris, relativise Patrick Charpentier, délégué syndical Force Ouvrière, contacté par L'Usine Nouvelle. Maintenant, on va essayer de limiter la casse autant que faire se peut pour ceux qui ne seront pas repris. Nous sommes confiants par rapport à Fiducial, même si on reste sur nos gardes. Nous verrons comment la reprise se fait et comment les choses évoluent pour les salariés".

Consolidation de la filière

Le gouvernement via la voix d'Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a assuré sa satisfaction face à cette décision judiciaire. "Le ministre se félicite qu’une solution ait pu être trouvée pour assurer dès à présent à 3831 des 4800 salariés de l’entreprise une préservation de leur emploi", précise un communiqué publié suite à l'annonce de la reprise par Ficudial.

Le ministère ajoute que "le nouvel acteur ainsi constitué est à présent en mesure de jouer un rôle essentiel dans la consolidation de la filière française de sécurité privée".

Selon le gouvernement, les prochaines semaines vont être consacrées à assurer la continuité des différents contrats et la reprise des emplois associés. "La décision du tribunal d’étendre l’activité de la société jusqu’au 1er septembre aidera à atteindre cet objectif", affirme le gouvernement.

Cette annonce fait suite à plusieurs mois de bouleversements pour l'entreprise et ses salariés. Après deux déclarations de cessation de paiements en moins de deux mois, des offres de reprise instables et un ex-PDG inquiété par la justice, les salariés espèrent un peu plus de stabilité désormais.

Avec l'aide de Barbara Leblanc

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS