Fiat joue l’exportation depuis l’Europe

Dans un plan industriel dévoilé mardi 30 octobre, le constructeur italien choisit d’utiliser ses surcapacités de production européennes pour exporter dans le reste du monde.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Fiat joue l’exportation depuis l’Europe

Après les annonces du plan de suppression de postes chez PSA, les négociations entamées chez Opel et la fermeture de trois sites de production par Ford, Fiat devait compléter le quadrilatère de la déliquescence automobile européenne.

Mais dans son plan industriel présenté le 30 octobre, le constructeur italien n’a pas choisi les fermetures d’usines pour régler son problème de surcapacités. Le constructeur veut réorienter la production de la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) vers le haut de gamme.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En clair, produire des modèles Alfa Romeo, Jeep et Maserati à forte valeur ajoutée, pour compenser les coûts de production plus élevés. L’Italien compte ainsi repositionner ses marques sur le segment qui marche le mieux avec le low-cost, le premium.

Ces véhicules haut de gamme seront ensuite exportés en partie vers des marchés friands de ce type de véhicules, où Fiat n’a pas de capacités de production. "L'objectif est d'utiliser jusqu'à 15% de la capacité pour l'export, en particulier pour les petits 4X4 Jeep, Alfa Romeo et Maserati" rapporte un document de travail cité par l’AFP.

Fiat a également expliqué quel était son projet pour sa propre marque. Le constructeur va se centrer sur deux modèles phares, les citadines 500 et Panda.

Pas d’alliance avec Opel et PSA

Fiat explique clairement avoir arbitré entre des fermetures d’usines et le repositionnement de ses marques pour charger les usines existantes. Cette perspective rassure quelque peu les syndicats de l’Italien, qui avait renoncé il y a quelques semaines à un grand projet d’investissements en Italie. Les perspectives de croissance pour Fiat restent mitigées : les résultats de sa branche américaine Chrysler ont compensé des pertes européennes.

Fiat aurait aussi pu régler ses problèmes de surcapacités dans une large avec Opel et PSA, comme le laissaient entendre les rumeurs du jour. L'Italien a démenti tout projet d’une grande alliance Fiat-PSA-Opel pour concurrencer directement Volkswagen. Ces bruits jouaient sur l’opposition entre le PDG de Fiat et président de l’ACEA, l’association des constructeurs automobiles européens, et le géant allemand.

Sergio Marchionne a régulièrement lancé l’idée d’un grand chantier européen, soutenus par l’Union Européenne, pour régler le problème de surcapacités de production des constructeurs généralistes.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS