Fiat confirme ses objectifs 2012

Le patron de l’Alliance a qualifié ce partenariat d’opportunité unique qui probablement ne se répètera pas au cours de l’assemblée générale des actionnaires ce 4 avril.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Fiat confirme ses objectifs 2012

Les objectifs de Fiat pour 2012 sont confirmés, selon Sergio Marchionne. Si bien que le constructeur va bien concevoir sa première voiture en 2013 en Russie. Une ligne de production sera aussi lancée en Chine à la mi-2012. Fiat doit présenter en 2012 19 nouveaux modèles ou améliorations de modèles.

Fiat table désormais sur des ventes supérieures à 77 milliards d’euros sur 2012 et sur un bénéfice net compris entre 1,2 et 1,5 milliard d’euros. Avec son allié Chrysler, le groupe veut vendre entre 4,1 et 4,4 millions d’automobiles dans le monde.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Générer du chiffre d'affaires toujours plus loin est devenu une nécessité. Avec un marché de l'automobile européen frappé depuis des années par une surcapacité productive chronique, la quête de nouveaux marchés est un impératif de survie. L'alliance avec Chrysler nous offre une opportunité unique, et qui probablement ne se répètera pas, pour trouver une solution autonome à ce problème", a assuré Sergio Marchionne

Le patron du groupe a répété qu’il examinait toujours de nouvelles opportunités de collaboration avec de nouveaux partenaires potentiels, sans donner plus de détails quant aux noms de potentiels repreneurs. Mais il n’a pas exclu que Fiat acquière 3,3% d’actions supplémentaires de Chrysler d’ici à fin 2012. Il passerait alors à une part de 61,8% du capital.

"Nous allons continuer avec discipline et vigueur ce processus qui va nous permettre de rémédier définitivement aux inefficacités des circuits productifs", a-t-il assuré.

Le patron de Fiat et Chrysler est aussi revenu sur les difficultés de compétitivité en Italie. "Il revient au pays de dire si (l'Italie) veut faire partie de notre projet. Grâce à l'alliance Fiat-Chrysler, l'Italie a une grande occasion de rentrer dans un projet global, bénéficiant de la possibilité d'exporter sur les marchés extra-européens. Mais ce n'est pas un choix que nous pouvons décider pour l'Italie. Les instruments existent, notre volonté aussi. C'est à l'Italie, surtout aux forces sociales, d'en tirer avantage", a-t-il répété.

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS