L'Usine Auto

Fiat-Chrysler (FCA) et PSA confirment des discussions en vue d'un rapprochement

, , , ,

Publié le , mis à jour le 30/10/2019 À 08H09

[ACTUALISÉ] Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) et PSA ont annoncé le 30 octobre des discussions en vue d'une éventuelle fusion. Ce projet est révélé quelques mois après l'échec du plan de rapprochement entre Renault et FCA.

Fiat-Chrysler (FCA) et PSA confirment des discussions en vue d'un rapprochement
Un mariage entre les deux constructeurs serait susceptible de créer un géant du secteur automobile d'une valeur de 50 milliards de dollars.
© FCA

Le projet est officialisé. Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) a annoncé mercredi 30 octobre des échanges avec PSA en vue d'un éventuel rapprochement. L'entreprise "confirme qu'il y a des discussions en cours visant à créer l'un des groupes de mobilité les plus importants au monde" dans un court communiqué. "FCA n'a rien d'autre à ajouter pour l'instant", ajoute l'entreprise. PSA s'est fendu d'une annonce quasi-identique peu de temps après : "PSA confirme que des discussions sont en cours en vue de créer l'un des principaux groupes automobiles mondiaux."

Mardi 29 octobre, une source proche du dossier avait rapporté à Reuters des discussions entre Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) et PSA en vue d'un rapprochement. Un mariage entre les deux constructeurs serait susceptible de créer un géant du secteur automobile d'une valeur de 50 milliards de dollars, d'après le Wall Street Journal.

Un potentiel numéro quatre mondial du secteur automobile

Selon le journal américain, une fusion à parts égales est une “possibilité” envisagée par les deux groupes. Le dirigeant de FCA, John Elkann, pourrait ainsi devenir le président de la nouvelle entité tandis que Carlos Tavares, président du directoire de PSA, assumerait le rôle de directeur général.

En 2018, PSA a enregistré un chiffre d'affaires de 74 milliards d'euros tandis que FCA réalisait un résultat de 110 milliards d’euros. Côté ventes, PSA a livré 3,9 millions de véhicules en 2018 et FCA a mis 4,8 millions de véhicules sur les routes. Rassemblés, les deux constructeurs pèseraient donc plus de 8 millions d’engins et pourraient devenir numéro quatre mondial dans le secteur automobile, derrière le groupe Volkswagen, l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et Toyota.

Le projet s’inscrit dans un contexte où les constructeurs automobiles multiplient les investissements pour financer la transition vers la voiture électrique. La fusion permettrait aussi à PSA de revenir sur le marché américain grâce aux marques Jeep et Dodge de FCA. De son côté, FCA pourrait développer sa présence sur l’important marché asiatique. 

Obstacles au rapprochement

En mai, Fiat-Chrysler et Renault avaient également lancé des discussions en vue d'une éventuelle fusion. Le projet de mariage géant à 30 milliards d'euros a toutefois été retiré par FCA moins de deux semaines après sa présentation. Le constructeur italo-américain avait alors accusé le contexte politique en France d'avoir compromis un projet qui aurait donné naissance au troisième constructeur automobile mondial. Régulièrement, des rumeurs suggéraient que Renault et FCA n'avaient pas complètement abandonné l'idée d'une fusion. En septembre, le président de Renault Jean-Dominique Senard confirmait toutefois aux sénateurs français l'enterrement du projet.

Un rapprochement entre Fiat-Chrysler et Peugeot devrait toutefois rencontrer des obstacles. Les gouvernements français et chinois détiennent 12% du capital de PSA, tout comme la famille Peugeot. De son côté, le président de Fiat-Chrysler, John Elkann, et d’autres membres de la famille Agnelli contrôlent 29% de Fiat-Chrysler par le biais d’Exor NV.

Fiat-Chrysler en recherche de partenaire

Depuis plusieurs années, le marché spécule sur les velléités de Fiat-Chrysler en matière de fusion-acquisition et de recherche de partenaire. En 2015, son ancien patron Sergio Marchionne avait plaidé en faveur d'une consolidation de l'industrie automobile et avait pour ce faire tenté - en vain - d'intéresser General Motors Co à un accord.

Dans une note publiée mardi 30 octobre, Arndt Ellinghorst, analyste chez Evercore, juge qu'une fusion Fiat-Chrysler-Peugeot "devrait inciter à une attitude plus rationnelle de l'industrie en matière d’allocation de capital, et cette fusion a plus de sens qu’une éventuelle fusion FCA-Renault".

PSA et Fiat Chrysler avaient discuté d'un rapprochement plus tôt en 2019, avant que le constructeur italo-américain ne propose une fusion avec Renault. À cette époque, Fiat-Chrysler avait déclaré qu'un accord avec Renault offrait plus d'avantages qu'une combinaison avec Peugeot.

Cotées en Bourse outre-Atlantique, les actions Fiat-Chrysler ont fortement réagi à ces informations, s'adjugeant plus de 7%.

Simon Chodorge, avec Reuters (Dominic Roshan K.L à Bangalore et Sarah White à Paris, Henri-Pierre André et Matthieu Protard pour le service français)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte