Fiat Chrysler discute d'un partenariat technologique avec Hyundai, selon Sergio Marchionne

Fiat Chrysler Automobiles discute d'un partenariat technologique avec le sud-coréen Hyundai mais les deux constructeurs automobiles ne négocient pas une fusion, a déclaré Sergio Marchionne.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Fiat Chrysler discute d'un partenariat technologique avec Hyundai, selon Sergio Marchionne
Fiat Chrysler Automobiles discute d'un partenariat technologique avec le sud-coréen Hyundai mais les deux constructeurs automobiles ne négocient pas une fusion, a déclaré Sergio Marchionne. /Photo d'archives/REUTERS/Rebecca Cook

"Nous achetons déjà des composants à [Hyundai] (...) voyons si nous pouvons nous entendre sur d'autres points, particulièrement dans le développement de systèmes de transmission et dans l'hydrogène", a déclaré samedi 2 décembre Sergio Marchionne à la presse, ajoutant qu'il n'avait "rien à annoncer pour le moment". Prié de dire si cette collaboration pourrait déboucher sur un mariage, l'administrateur délégué de Fiat Chrysler a répondu: "Je ne le crois pas."

FCA fait régulièrement l'objet de rumeurs de fusion, notamment depuis sa tentative avortée d'alliance avec General Motors en 2015. Son cours de Bourse a atteint des records en août en raison d'un intérêt prêté à des groupes chinois et à Hyundai pour un mariage avec le constructeur italo-américain.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Sergio Marchionne, dont le mandat expire en avril 2019, travaille sur un nouveau plan stratégique jusqu'en 2022. Il a déclaré que ce plan devrait être présenté au deuxième trimestre 2018. Dans le cadre de ce plan et de la volonté de FCA de simplifier son portefeuille d'activités, le constructeur se prépare à se séparer de deux de ses trois activités dans les équipements automobiles.

Les scissions de Magneti Marelli et Comau attendues en 2018

Sergio Marchionne a précisé que les scissions de Magneti Marelli, qui fabrique des phares, des éléments de moteurs, des composants électroniques, des suspensions ou encore des pots d'échappement, et du fabricant de machines outils Comau seraient deux opérations distinctes, "particulièrement étant donné le potentiel de développement de Comau dans l'intelligence artificielle et la robotique".

"Que cela prenne la forme d'une scission ou d'une distribution aux actionnaires, ou si nous allons récupérer de l'argent dans le cadre de cette procédure, tout doit faire l'objet de discussions avec le conseil d'administration, nous n'avons pas encore tranché", a dit Sergio Marchionne. Fiat Chrysler envisage une cotation en Bourse de l'une de ces deux activités comme il l'a déjà fait avec d'autres filiales scindées par le passé, à l'image du fabricant de tracteurs CNH Industrial ou du constructeur de voitures de sport Ferrari, tous deux cotés à la fois à Milan et à New York.

Sergio Marchionne a exprimé l'espoir de faire aboutir ces deux scissions d'ici fin 2018, une échéance qui correspond aussi à celle que le constructeur s'est fixée pour dégager une trésorerie positive.

FCA ne veut pas encore se séparer d'Alfa Romeo et Maserati

FCA exclut en revanche pour l'instant de se séparer des activités de fonderie de Teksid et il ne scindera pas les marques Alfa Romeo et Maserati avant "de nombreuses années", a poursuivi l'administrateur délégué du groupe.

Interrogé au sujet d'éventuelles amendes pour les émissions polluantes des véhicules diesel du groupe, Sergio Marchionne a dit ne pas croire en l'existence de la moindre base juridique aux récentes accusations formulées par les autorités françaises. Il a ajouté que les discussions avec les autorités américaines se poursuivaient qu'"il y aura un coût mais ce sera quelque chose de gérable".

Pour Reuters, Agnieszka Flak, Bertrand Boucey pour le service français

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS