Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Pour racheter Ilva, ArcelorMittal vendra six sites en Europe

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le , mis à jour le 09/05/2018 À 17H42

ArcelorMittal a reçu le 7 mai le feu vert de la Commission européenne pour le rachat de l'aciérie italienne Ilva, contre la promesse de vendre six de ses sites européens. Les sites de production en France ne sont pas concernés.

Pour racheter Ilva, ArcelorMittal vendra six sites en Europe
ArcelorMittal a reçu le feu vert de la Commission européenne pour le rachat de l'aciérie italienne Ilva. /Photo prise le 13 mars 2018/REUTERS/Mark Blinch
© Mark Blinch

Le sidérurgiste et aciériste ArcelorMittal a obtenu le 7 mai l’autorisation "sous conditions" de la Commission européenne pour racheter l’italien Ilva et son aciérie de Tarente, pour un montant de 1,8 milliard d’euros et une promesse d’investissement de 2,4 milliards.

Pour lever le risque de position dominante, ArcelorMittal est prêt à se défaire de six de ses sites en Europe : Liège en Belgique, Piombino en Italie, Ostrava en République tchèque, Skopje en Macédoine, Galati en Roumanie et Dudelange au Luxembourg. ArcelorMittal proposait de vendre aussi "plusieurs actifs de distribution en France et en Italie". Au total, ce sont un volume de production de 7 millions de tonnes et un effectif de 12 000 salariés qui pourraient changer de mains, presque l’équivalent de l’aciérie
de Tarente (la plus importante en Europe), où 11 000 salariés produisent 6 millions de tonnes d’acier.

Concurrence préservée

La Commission européenne souligne que "l’entité issue de la concentration aurait contrôlé plus de 40% de la capacité de production des produits plats en acier au carbone laminés à chaud, laminés à froid et galvanisés dans l’Espace économique européen [l'Europe à 28 plus trois pays, Ndlr], une part de marché bien supérieure à celle de tous ses concurrents en Europe, qu’il s’agisse de Tata Steel, Thyssenkrupp ou Voestalpine".

L'exécutif européen rappelle qu'il exigeait "la cession d'un vaste ensemble d'actifs, destinée à préserver une concurrence effective sur les marchés européens de l'acier, au bénéfice des consommateurs et des entreprises". "La Commission a conclu que l'opération envisagée, telle que modifiée par les engagements, ne poserait plus de problèmes de concurrence et préserverait la concurrence sur les marchés européens de l'acier."

(Avec Reuters)

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle