Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Feu vert de l'Etat pour le projet de parc hydrolien du raz Blanchard

Léna Corot , ,

Publié le

L'Etat a donné son accord pour l'implantation d'un projet de parc pilote hydrolien comportant sept turbines dans le raz Blanchard (Manche). Ce projet est mené conjointement par DCNS et EDF qui espèrent une mise en service en 2019.

Feu vert de l'Etat pour le projet de parc hydrolien du raz Blanchard
L'hydrolienne qui a été implantée par DCNS dans la baie de Fundy, au large du Canada, est similaire à celles qui seront implantées au raz Blanchard.
© OpenHydro - DR

Feu vert de l'Etat français au premier parc pilote hydrolien marin français. Ce parc doit être conçu par le groupe de construction naval DCNS et EDF dans le raz Blanchard, au large de Cherbourg (Manche), a précisé la préfecture de la Manche mardi 4 avril. En tout sept turbines doivent y être implantées qui vont transformer la force des courants en électricité.

Le projet prévoit l'implantation de machines faisant 16 mètres de diamètre à 3,5 kilomètres de Goury. Elles occuperont une surface de 28 hectares et seront implantées à une trentaine de mètres de profondeur. Une hydrolienne similaire a été implantée par DCNS dans la baie de Fundy, au large du Canada, fin novembre 2016.

Avec de tels parcs pilotes, la technologie hydrolienne va être testée en conditions réelles. L'objectif à long terme étant de développer de véritables fermes hydroliennes commerciales.

Un second projet de parc pilote à l'arrêt

Le projet de DCNS et EDF est estimé à environ 112 millions d'euros, dont environ 50 millions d'euros de subventions. DCNS, qui espère une mise en service 2019, précise que le parc aurait une puissance de 14 MW soit l'équivalent de la consommation électrique annuelle de 10 000 à 13 000 personnes.

Les courants du raz Blanchard étant parmi les plus forts au monde, un second projet à cet endroit a aussi reçu l'accord de l'Etat. Mais, Engie, son initiateur, a annoncé en janvier son abandon. Par la suite, son fournisseur General Electric a arrêté le développement de la turbine hydrolienne.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle