Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Washington autorise le rachat du fournisseur américain de puces IDT par le japonais Renesas

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Le fabricant japonais de puces Renesas Electronics obtient l’autorisation des autorités américaines pour le rachat du yankee IDT. Une opération qui s’inscrit dans sa stratégie de rebond après cinq années consécutives de marasme.  

Washington autorise le rachat du fournisseur américain de puces IDT par le japonais Renesas
Siège social de Renesas Electronics à Tokyo, au Japon
© Renesas

Fin du suspense pour Renesas Electronics. Le deuxième fabricant japonais de puces électroniques derrière Toshiba Memory Corp va pouvoir racheter l’américain Integrated Device Technololy (IDT). Il a obtenu la dernière approbation nécessaire, celle du redoutable comité de contrôle des investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS). La transaction a été conclue en septembre 2018 pour un montant de 6,7 milliards de dollars en cash. Elle va être finalisée le 30 mars 2019.

Synergies de 250 millions de dollars

C’est la deuxième acquisition de Renesas Electronics majeure après le rachat en février 2017 d’Intersil, l’ex-bras armé de General Electric dans les semi-conducteurs. Elle s’inscrit dans une stratégie de rebond lancée en 2016 après cinq années consécutives de restructuration, d’amaigrissement et de marasme. Cette société, qui réunit l’essentiel des puces de trois géants japonais de l’électronique, Hitachi, Mitsubishi Electric et NEC, compte aujourd’hui 19 500 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 6,87 milliards en 2018. Avec l’apport IDT, elle porte son effectif à 21 500 personnes  et son chiffre d’affaires aux alentours de 8 milliards de dollars. Cette acquisition complète son portefeuille de puces pour l’automobile, les datacenters ou encore l’Internet des objets, avec la perspective de générer à terme 250 millions de dollars de synergies sous forme de ventes croisées de produits et d’économies d’échelle.

Pour le Japon, cette opération sonne comme une bénédiction de nature à freiner son recul dans les semi-conducteurs. Après avoir dominé à plus de 50% le secteur dans les années 1980, il a connu un terrible déclin ces deux dernières décennies. Selon le cabinet IHS Markit, il ne détient plus que 9,8% du marché mondial en 2017, loin derrière les Etats-Unis (50%) et la Corée du Sud (21,5%).

Contexte tendu

Le feu vert du CFIUS au rachat d’IDT par Renesas Electronics intervient dans un contexte où les semi-conducteurs cristallisent les tensions commerciales et technologiques actuelles dans le monde. Les Etats-Unis font de la protection de leurs fleurons dans ce secteur une obsession. Et ils ne se contentent pas de s’opposer systématiquement aux acteurs chinois. En témoigne leur veto au rachat de Wolfspeed par l’Allemand Infineon Technologies ou de Qualcomm par Broadcom, une société pourtant d’origine américaine mais qui avait le malheur d’être enregistrée à Singapour.

Le Japon est considéré par le Etats-Unis comme un allié clé pour l’équilibre géostratégique en Extrême-Orient. Cela a joué en faveur de Renesas Electronics. Le fabricant nippon bénéficie également de sa relation de confiance avec CFIUS après le bon déroulement de l’acquisition en 2017 de l’américain Intersil.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle