L'Usine Auto

Fêtes de fin d'année dans l'auto

, , , ,

Publié le

Les cadeaux de Noel. A quelques jours de Noël, les constructeurs ont déjà reçu leurs cadeaux. A l’instar d’Avtovaz. Le constructeur russe va toucher 12 milliards de roubles, suite à la décision du gouvernement le 10 décembre. De quoi permettre au constructeur de voir venir l’année 2010. Mais le gouvernement doit au total verser  26 autres milliards de roubles et les actionnaires du constructeur, comme Renault, apporter leur technologie. Le constructeur français s’est quant à lui fait un cadeau, en décidant de renouveler son enveloppe de 560 milliards de dollars environ pour ses investissements entre 2010 et 2012 au Brésil.

Le cadeau plus ou moins attendu reste celui fait par General Motors au constructeur chinois BAIC. En effet, l’américain lui a cédé une partie des actifs dans sa filiale suédoise Saab. L’investissement du chinois devrait ainsi permettre à la marque suédoise de retrouver un bon niveau de trésorerie. Toujours du côté du pays du Milieu, un équipementier automobile, Xuyang Group, voit arriver dans son capital son homologue français, Faurecia. La filiale de PSA Peugeot Citroën va donc développer deux co-entreprises pour fournir le plus important constructeur automobile chinois FAW.
Reste une certitude. Celui qui s’est offert le cadeau le plus surprenant cette semaine est bien le propriétaire d’une Bugatti  de 1928, vendue aux enchères, à plus d’un million d’euros.

J-15. Le compte à rebours a débuté avant l’arrivée de l’année 2010. Chez Renault, le 31 décembre rime comme fin de prime à la casse et autres bonus. Pour satisfaire ses clients jusqu’au bout, le constructeur propose une nuit des bonus le 17 décembre dans son showroom et dans certaines de ses concessions. Des bonus qui sont une des raisons de la croissance des ventes de voitures en Europe au mois de novembre, selon les chiffres de l’ACEA.  L’approche de 2010 signifie aussi changements pour le constructeur français. Sept nouvelles personnes entrent donc au comité de direction, avec parmi elles Denis Barbier ou Christian Deleplace, qui sera prend le statut de conseiller de la direction générale sur les sujets requérant une haute technicité. Il n’y a pas que chez le français que les chaises tournent, puisque chez Toyota France et Europe, il faudra compter sur de nouvelles personnes. Michel Gardel, jusque là à la tête de l’équipe française, rejoint la direction européenne. Une opportunité pour Danièle Schillaci, qui le remplace.

Avant d’atteindre l’aube de la nouvelle année, la ville de Paris a enfin lancé l’appel d’offres pour Autolib, le système de location de voitures électriques attendu pour 2011. 2010…une date que certains préfèrent à 2009. Comme General Motors qui a annoncé qu’il ne présenterait son plan pour Opel qu’au début de l’année 2010, et non pas en 2009, comme prévu initialement…Pour d’autres, 2010 devrait être l’année des défis, comme pour le partenaire chinois de Nissan, qui table sur des ventes de plus d’un million de véhicules pour 2010.

L'après 2010. Certains acteurs du secteur automobile tablent sur un avenir plus lointain, en pariant sur l’électrique. A l’instar de Porsche qui annonce l’arrivée de son premier 4X4 électrifié, ou Toyota qui a présenté lors du sommet de Copenhague la version rechargeable sur prise courante de la Prius. Daimler, quant à lui, table sur un développement de sa Smart électrique sur le petit marché de la principauté de Monaco, ou sur le grand marché chinois. Même le gouvernement français a réaffirmé son intérêt pour le futur de l’électrique, puisqu’il propose une enveloppe d’un milliard d’euros pour ce marché au sein de son grand emprunt de 35 milliards d’euros.  

Pour Volkswagen et Suzuki, l’avenir des quatre prochaines années se situe en Inde. Ils souhaitent contrôler un dixième de ce marché d’ici à quatre ans. Une autre alliance a été annoncée au cours de la semaine : celle entre Mercedes et BMW, pour la réduction des frais de préparation pour les produits importés. L’avenir de Fiat paraît quant à lui plus complexe à cerner. Le constructeur italien pourrait céder sa marque Alfa Romeo, quelques jours après avoir annoncé qu’il allait délocaliser la production de sa Lancia, jusque là produite en Sicile. Mais ce n’est pas le chinois Chery qui devrait reprendre l’activité de l’usine de Termini.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte