Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Ferroviaire : en Europe, la France prend le wagon de queue de la ponctualité

Olivier Cognasse , , , ,

Publié le

Document Le rapport bisannuel de la Commission européenne sur le marché du ferroviaire européen montre les deux faces d’un secteur à fort potentiel, mais très dépendant des subventions. Au moment où est discuté le projet de loi sur le ferroviaire au Palais Bourbon, cette enquête nous rappelle que le ferroviaire français a encore beaucoup de progrès à réaliser, notamment sur la qualité de service et la ponctualité.  

Ferroviaire : en Europe, la France prend le wagon de queue de la ponctualité © SNCF

Forte croissance du transport de passagers

Depuis le milieu des années 1990, le transport de passagers a fortement augmenté, notamment au Royaume-Uni (+ 70 %), en Suède (+ 42 %) et en France (+ 37 %). Si un marché fermé n’est pas forcément atone, comme le montre l’exemple français, il semble qu’une concurrence ouverte permette de développer un meilleur service et des tarifs plus attractifs.

36 milliards d’euros de subventions

Les chemins de fer européens sont subventionnés à hauteur de 36 milliards d’euros par an (2012), soit l’équivalent des recettes commerciales générées par les ventes de billets et d’abonnements. Le très libéral Siim Kallas, vice-président de la Commission européenne chargé des transports, estime ce montant trop élevé. Mais il oublie que sans subvention, le prix du billet serait au moins deux fois plus élevé et que le nombre de voyageurs serait sans doute beaucoup plus faible. Il ne retrouverait pas "cette croissance considérable" louée dans le rapport à propos du transport de passagers.

Un service mal classé

D’après une enquête réalisée en 2013 par Eurobaromètre auprès de 28 036 citoyens de l’Union européenne, seuls 58 % des citoyens sont satisfaits du niveau des services ferroviaires. D’après le tableau de bord des marchés de consommation, ce secteur se classe 27e sur 30 services du marché intérieur pour la satisfaction globale.

La France à la traîne pour la ponctualité

Toujours d’après Eurobaromètre, le mécontentement est le plus élevé en France à propos de la ponctualité des trains et de la fiabilité (47 %). Une tendance qui se retrouve dans l’analyse des retards de plus de 5 minutes sur les trains locaux et régionaux. La France apparait en seizième position sur 22 pays avec un taux de ponctualité de 91,6 %, bien loin de la Lettonie (98,8 %) et du Portugal (98,2%). Pour se consoler, le Royaume-Uni et l’Italie font moins bien, malgré un marché ouvert à la concurrence et la Hongrie ferme la marche (86,5 %). Sur les longues distances (plus de 15 minutes de retard), la France se trouve en milieu de tableau (8e sur 22), juste derrière les Britanniques, mais devant l’Allemagne.

La France et l’Allemagne n’aiment pas les directives européennes

Avec la Pologne, l’Allemagne et la France "sont les Etats membres contre lesquels le plus grand nombre de procédures d’infractions ont été engagées pour des motifs de transposition tardive ou incorrecte […]". La réforme du ferroviaire changera-t-elle la donne ?

Olivier Cognasse

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle