Ferrari veut produire moins pour gagner plus

La marque de luxe de Fiat va réduire sa production de 4% cette année pour préserver sa valeur. Au premier trimestre 2013, Ferrari a réalisé un bénéfice avant intérêts et impôts de 80 millions d'euros en vendant 1 798 voitures. Son bénéfice net a atteint 54,7 millions d'euros.

Partager
Ferrari veut produire moins pour gagner plus

Ferrari, la marque de luxe de Fiat, va réduire sa production de 4% cette année pour préserver sa valeur mais cela ne devrait pas l'empêcher d'augmenter ses bénéfices, a déclaré mercredi 8 mai son président Luca Cordero di Montezemolo.

"La force de ne pas écouter ceux qui disent 'vos concurrents vont en bénéficier' m'a été insufflée par (le fondateur) Enzo Ferrari, qui était visionnaire pour augmenter la valeur de la marque", a-t-il dit lors d'une conférence de presse, en notant qu'une initiative similaire avait été prise en 2003.

Cette décision vise aussi à préserver la valeur des voitures à la revente. La Ferrari premier prix, le modèle California, se vend à 185 000 euros en Italie.

Le constructeur a vendu 7 318 voitures l'an dernier mais entend produire moins de 7 000 unités en 2013, une décision prise avec l'assentiment des actionnaires, selon son président.

Au premier trimestre 2013, Ferrari a réalisé un bénéfice avant intérêts et impôts de 80 millions d'euros en vendant 1 798 voitures. Son bénéfice net a atteint 54,7 millions d'euros.

La marque au cheval cabré apporte ainsi une contribution essentielle aux bénéfices du groupe Fiat, qui a réalisé sur les trois premiers mois de l'année un bénéfice d'exploitation de 603 millions d'euros en vendant environ un million de véhicules.

Aux ventes de voitures s'ajoutent, pour Ferrari, les revenus de licences et de produits dérivés.

Luca Cordero di Montezemolo a dit s'attendre à une hausse des bénéfices de Ferrari cette année, en dépit de la baisse de production, mais il n'a fourni aucune prévision chiffrée.

Ferrari compte investir 100 millions d'euros en deux ans dans son usine de Maranello, où quelque 3 000 salariés assemblent en moyenne 32 voitures par jour.

L'entreprise a inauguré mercredi une nouvelle chaîne d'assemblage qui fabriquera des moteurs pour sa marque soeur Maserati. Fiat ambitionne de porter les ventes de Maserati à 50 000 voitures par an à l'horizon 2015, contre environ 5 000 l'an dernier.

Avec Reuters (Jennifer Clark)

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS