Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Fermeture de l’usine du boulanger industriel Panavi à Saint-Estève

, , ,

Publié le

La direction de Panavi vient d’annoncer aux salariés la fermeture de son site de production de Saint-Estève (Pyrénées-Orientales), qui emploie 98 salariés près de Perpignan. Les négociations du plan de sauvegarde de l’emploi démarreront le 3 février et la fermeture est prévue pour la fin avril 2016.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

"En raison de la perte d’activité, réelle et significative, les salariés de Panavi de l’usine de Saint-Estève s’attendaient à un plan social, à une réduction de la voilure, mais pas à une fermeture sèche", explique Jérôme Capdevielle, secrétaire général départemental de Force ouvrière dans les Pyrénées-Orientales. La direction de l’entreprise a annoncé le 20 janvier aux salariés la prochaine fermeture du site, qui emploie 98 personnes, à la fin avril. Une réunion le 3 février lancera le démarrage des négociations autour du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). "Nous attendons des conditions supra-légales cohérentes, souligne le secrétaire général départemental FO. Nous avons fait passer le message auprès du groupe Vandemoortele que nous attendons une responsabilité sociale totale de l’employeur."

Le boulanger industriel Panavi, dont le siège se trouve à Torcé, près de Vitré (Ille-et-Vilaine), dépend du groupe belge Vandemoortele depuis 2008. Vandemoortele, qui affiche en 2014 un chiffre d'affaires de 1,269 milliard d'euros, avait racheté en 2005 l’usine de fabrication de pains précuits Cottes, active depuis 1994 à Saint-Estève.

De son côté, la préfecture des Pyrénées-Orientales a décidé le 21 janvier de "mobiliser l’ensemble des services de l’État en concertation avec les collectivités territoriales". Elle sera "attentive" au contenu du PSE, "qui devra permettre le reclassement rapide des salariés et aux mesures concrètes de revitalisation prises par l’entreprise au bénéfice du territoire impacté par les suppressions d’emploi". Le taux de chômage atteint 16% dans les Pyrénées-Orientales.

En fait, le groupe se restructure à l’échelle nationale : Panavi a fermé fin 2015 son usine de Châtellerault (Vienne) et en 2014 celle de Saint-Auvent (Haute-Vienne), après celle de Caen (Calvados) en 2012. Parallèlement, Panavi a investi en 2015 plusieurs dizaines de millions d’euros dans une nouvelle usine de 70 à 80 personnes sur le parc industriel de la Plaine de l’Ain et le renforcement de celle d’Arras (Pas-de-Calais).

Sylvie Brouillet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle