Fermeture annoncée de l’usine Wild du Houlme

L’ex usine Bras Foucard passée sous pavillon allemand avec Wild puis américain avec ADM connait de grosses difficultés. Sans repreneur, cette usine emblématique du Houlme (Seine-Maritime) près de Rouen est promise à la fermeture avec ses 45 salariés.

Partager

Les salariés de l’usine Wild du Houlme (Seine-Maritime) ont manifesté le 5 septembre, en compagnie du maire communiste de la commune Daniel Grenier, pour protester contre la fermeture de leur site qui emploie 45 salariés. Cette usine, autrefois propriété de Bras Foucard, fabrique des produits alimentaires intermédiaires : fruits sur sucre pour produits laitiers, caramels et compotes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon le directeur général et liquidateur, la fermeture du site est la conséquence d’une baisse de 5 % des ventes depuis quatre ans. Ceci est par ailleurs conjugué au fait que le marché de la préparation de fruits est moins rémunérateur que par le passé à cause de la forte pression sur les prix. Le directeur dit avoir des contacts avec des repreneurs potentiels étrangers, mais estime que la situation de cette usine "en ville" ne joue pas en faveur d’une reprise du fait des lourdes contraintes d’exploitation liées à la proximité des immeubles. "Dès que des immeubles s’installent autour d’un outil industriel, cela signifie la mort à terme du site industriel."

Externalisation en ligne de mire

De leur côté, les salariés sont très critiques vis-à-vis du nouveau propriétaire du site, le groupe international américain ADM, Archer Daniels Midland, qui fin 2014, a racheté une partie du groupe allemand Wild comprenant l’usine du Houlme. Stéphane Jamet, délégué syndical CFDT, estime qu’ADM, groupe international spécialisé dans les arômes et les oléagineux, a organisé la fermeture du site du Houlme en le vidant de sa substance afin d’externaliser la production en Allemagne et en Pologne. "La R&D est partie en Allemagne, puis cela a été le tour des achats et du service commercial."

Le syndicaliste est par ailleurs convaincu qu’ADM a licencié huit salariés en 2014 afin de faire passer l’effectif de l’entreprise sous la barre des 50 personnes pour ne pas avoir à mettre en œuvre un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Les lettres de licenciement devraient être envoyées entre le 12 et le 17 octobre.

Bras Foucard : du sucre cuit au fruit "sur sucre"

Ce vaste site de 16 600 mètres carrés installé dans la vallée du Cailly est un site très emblématique de l’histoire de la région rouennaise. Le site qui abritait depuis le 19e siècle les métiers à tisser de la filature Badin, avait été acheté en 1966 par le confiturier et confiseur Bras Foucard qui se trouvait à l’étroit dans ses murs du centre-ville de Rouen. L’industriel rouennais avait connu des fortunes diverses et frôlé le dépôt de bilan dans les années 80.

Il s’était ensuite relancé dans les caramels liquides et les fruits "sur sucre" pour les yaourts, une activité à plus forte valeur ajoutée que la confiture et la confiserie ; pour faire court, l’entreprise avait compris que son avenir ne passait plus par le sucre cuit - exemple, le fameux bâtonnet de sucre de pomme, spécialité datant du Moyen-Age - mais par des produits plus technologiques de préparation de fruits. Bras Foucard a alors mis au point la première ligne au monde de préparation de fruits à partir de l’énergie micro-ondes ce qui lui a valu un prix national en 1992. Cette rupture technologique permettait la "flash pasteurisation" qui préservait les qualités vitaminiques et aromatiques des fruits ainsi que leur couleur.

C’est ce saut technologique qui lui a ouvert les portes du groupe Danone. Et a suscité l’intérêt du groupe familial allemand Wild. Alléché aussi par le potentiel que représentait l’industrie laitière normande, Wild a approché Bras Foucard en 1995 et racheté l’entreprise en 1996.

Claire Garnier

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS