Femme entrepreneur 2013 : Anne-Charlotte Fredenucci, la machine de guerre

La "Femme entrepreneur" des Trophée des Femmes de l’industrie de L'Usine Nouvelle est Anne-Charlotte Fredenucci, présidente du Groupe Deroure, spécialiste du cablage filaire et de l'ingénierie.

Partager

C’est un retournement inespéré qu’elle a accompli. En 2009, l’entreprise familiale Deroure, sous-traitant aéronautique, est laminée par la crise. La filiale Anjou électronique voit fondre ses commandes de 35 % en quinze jours et perd 100 000 euros par mois.

Anne-Charlotte, aux côtés de son père depuis 2001, décide alors, à 33 ans, de sauver l’entreprise. "Je suis une battante, je ne voulais pas baisser les bras." Cette ancienne de Bain & Company, que son mari qualifie de "machine de guerre", demande la présidence opérationnelle à son père, met l’entreprise sous sauvegarde et revoit toute l’organisation.

Tâche ardue. "Je devais changer le modèle patrimonial qui existait depuis trente ans, tout en négociant un PSE", précise-t-elle. Au passage, elle essuie quelques réflexions machistes. "Quand j’ai repris l’entreprise, un ami de mon père m’a dit : 'Vous n’aviez pas un frère ?' ".

Elle réduit les dépenses, revoit le management et les contrats des fournisseurs, opte pour une logique de flux tirés. Deux ans plus tard, cette mère de trois enfants, pour qui "la famille compte avant tout", a sauvé le groupe Deroure, qui réalisait 19 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2001, en pèse 32 aujourd’hui, obtenant en 2012 son meilleur résultat.

Elle l’inspire
"Une amie, partenaire associée au Boston consulting group, qui attend son troisième enfant. Elle me conforte dans mes choix et mes combats."

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS