Faut-il faciliter la création d'entreprise?

Le gouvernement vient de lancer un plan d'aide ambitieux

Partager

Oui :François Hurel
délégué général de l 'APCE*
"Prendre en compte la diversité des profils d 'entrepreneurs "
Bien sûr, il faut faciliter la création d 'entreprise surtout quand on le fait intelligemment comme c 'est le cas du plan mis en œuvre par le gouvernement.Tout d 'abord, ce plan ne prend pas seulement en compte la création mais le projet d 'entreprise dans sa durée. Cela commence par le financement avec, notamment, les fonds de proximité.Ensuite,des mesures d 'accompagnement sont prévues pour assurer un suivi efficace de la jeune entreprise.Cela va jusqu 'au traitement des problèmes liés à sa transmission éventuelle.D 'une manière générale, l 'allègement des formalités administratives et des charges financières va permettre au créateur de travailler avec plus de sérénité et de se concentrer sur l 'essentiel, son entreprise. Ensuite,ce plan prévoit des dispositions spécifiques adaptées à une grande diversité de situations. Il comporte des aides à l 'insertion économique et d 'autres plus particulièrement destinées aux chercheurs qui veulent créer des entreprises innovantes. La prise en compte de cette diversité va permettre à la France de tirer le meilleur parti de son potentiel micro-économique.En 2 001,178000 entreprises ont été créées. D 'ici à 2 004, elles devraient générer 540 000 emplois et représenter 2 %du produit intérieur brut.Les chiffres sont éloquents et l 'enjeu est considérable. Et, qualitativement, ces créations vont contribuer à apporter des réponses à plusieurs sortes de préoccupations : l 'intégration des jeunes au sein de la société, l 'aménagement du territoire, l 'innovation technologique. Tout le monde va y trouver son compte.

*Agence pour la création d 'entreprises

Non: Bruno Broc
expert-comptable
"D 'abord préparer les créateurs à assumer leurs responsabilités "
Aider la création d 'entreprises, c 'est éduquer les futurs créateurs, les préparer à affronter avec succès les obstacles plutôt que supprimer artificiellement et de toute manière temporairement ces obstacles. C 'est la leçon que l 'on peut tirer d 'une analyse approfondie des échecs des créateurs. On a tendance à se satisfaire d 'explications générales (frilosité des financiers, lourdeur administrative, etc. )ou circonstancielles (concurrence imprévue, défaillance d 'un partenaire sur lequel on comptait). Elles ont une part de vérité, mais il ne faut pas éluder la responsabilité du créateur lui-même. Les raisons de l 'échec sont,à son niveau, d 'une grande diversité, des lacunes dans le domaine commercial, à la naïveté dans les relations humaines et à l 'ignorance des règles élémentaires de la comptabilité. Dans ces conditions, faciliter la création d 'entreprise sans traiter le problème de fond, c 'est prendre le risque de multiplier à terme les échecs. On peut s 'interroger sur la portée d 'une mesure comme la possibilité de créer une SARL pour 1 euro. Ne risque-t-on pas de laisser croire que l 'on peut entreprendre sans argent ? Dans les faits, l 'argent nécessaire pour créer une entreprise varie beaucoup d 'une activité à l 'autre. Et s 'il y a des aptitudes communes à tous les créateurs qui réussissent, elles ne s 'exercent pas de la même manière dans l 'informatique et dans l 'industrie. Cette diversité doit être prise en compte par les formations à la création d 'entreprise. Car c 'est à ce niveau qu 'il faut agir, que ce soit au sein de l 'Education Nationale ou par la formation continue.Beaucoup de formations sont proposées aux candidats créateurs.La plupart sont des gadgets. Quelques-unes sont sérieuses. Il faut s 'en inspirer.

propos recueillis par Jean Meilhaud

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS