L'Usine Aéro

Farnborough 2012 : Airbus et Boeing entament la course aux commandes

Elodie Vallerey , , ,

Publié le

Les deux avionneurs, l'Européen Airbus et l'Américain Boeing, se livrent un duel sans merci pour décrocher le plus de commandes  au salon aéronautique mondial de Farnborough, en Angleterre.

Farnborough 2012 : Airbus et Boeing entament la course aux commandes © Airbus

On n’en attendait pas moins des deux géants de l’aviation. Quelques heures à peine après l’ouverture des portes de salon de Farnborough, Airbus et Boeing roulent des mécaniques en exhibant leurs carnets de commande devant les yeux du gratin politique et des pontes de l’aéronautique.

Déjà les zéros des chèques se bousculent, et les annonces pleuvent. Le patron d’Airbus Fabrice Brégier a dégainé le premier lundi matin en promettant "de belles commandes" au moment où les analystes estiment que l'événement aéronautique de l'année devrait consacrer le succès de son rival américain Boeing.

Boeing 1 - Airbus 0

Quelques heures plus tard, la première commande était confirmée : Arkia Israeli Airlines a signé pour quatre A321 Neo, pour un montant total de 453 millions de dollars.

L’occasion pour le constructeur aéronautique européen d’annoncer le lancement d’une version améliorée de son A330 pour 2015. La nouveauté : une capacité d’emport portée à 240 tonnes pour "étendre le positionnement de la famille 330 sur le marché", a expliqué le directeur commercial John Leahy (photo ci-dessus).

Dur de rivaliser avec la première commande officialisée par son concurrent Boeing : la compagnie américaine Air Lease Corporation (ALC) a signé pour 75 737 MAX, d’une valeur de 7,2 milliards de dollars au prix catalogue. Un pied de nez à l’A320 Neo d’Airbus, qu’ALC a également commandé, mais pas en si gros volume.

Le constructeur canadien Bombardier n’est pas en reste dans la course menée en binôme par Airbus et Boeing : un client anonyme lui a passé commande de quinze avions de ligne régionaux CSeries, pour 1 milliard de dollars.

Des retards et des zones d'ombre

Mais la première journée de Farnborough n’a pas fait émerger que des bonnes nouvelles. Interrogé lors d’un entretien avec l’AFP sur l’A350, le président d’Airbus Fabrice Brégier n’a pas pu exclure des retards supplémentaires pour la livraison du nouveau long-courrier, prévue pour la mi-2014.

"Est ce qu'on sera pile sur le trait ? Non, il est possible qu'on ait quelques glissements", a-t-il confirmé. "Le programme est globalement sous contrôle, on sait ce qui s'y passe, les challenges, on sait là où on a un certain nombre de points faibles et de difficultés, ils sont assez limités", a-t-il poursuivi.

De son côté, Boeing a lui laissé de vastes zones d’ombre autour de ses programmes 777-X et 787-10X. Ray Conner, le nouveau patron de la branche commerciale de la firme de Chicago, a déclaré aujourd’hui qu'il n'y avait pas de calendrier précis pour ces deux avions, rapporte le site spécialisé Air&Cosmos.

Conner a indiqué que le constructeur s'orientait toujours vers une profonde modification de l'actuel 777, avec de nouveaux moteurs, une nouvelle aile, un nouvel aménagement de la cabine et des améliorations au niveau de l'avionique, mais sans dévoiler un planning précis de production.

Guère plus d'information sur le 787-10X, le plus gros membre de la famille Dreamliner. Cette version a l'ambition d'être "25 % plus économique, sur le plan de la consommation en carburant, que l'A330-300, son principal concurrent", selon Ray Conner.

Deuxième journée pour Farnborough mardi. Avec en prévision un flot d'annonces centré sur le choc des titans ?

 

 

 

Voir tous les articles  Farnborough 2014

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

09/07/2012 - 18h48 -

Bel artcile. Mais à côté de la guerre qui oppose Boeing à Airbus, il existe un réel danger sur les PME de l'aéronautique. En manque de financement elles sont en danger et voient d'un mauvais œil tout ralentissement économique. Certains fonds d'investissement misent sur le s PME, c'est le cas d'Aerofund (http://inside-aerofund.blogspot.fr/).
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte