Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Famoco envisage la relocalisation en France d'une partie de la production de ses terminaux de contrôle

Ridha Loukil ,

Publié le

La pépite du contrôle numérique de transactions Famoco bénéficie d’une croissance qui fait doubler sa taille tous les ans. Pour gagner en réactivité, elle envisage de relocaliser en France la production de ses terminaux de contrôle. Du moins une partie.

Famoco envisage la relocalisation en France d'une partie de la production de ses terminaux de contrôle
Terminal de contrôle de transactions de Famoco
© Famoco

"Nous sommes en train de disrupter le marché du contrôle des transactions, affirme Lionel Baraban, directeur général et cofondateur de Famoco. Et cela se voit dans la rapidité de notre développement. Nous étions une société de 50 personnes et quelques millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016. Nous sommes passés à 100 personnes et plus de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017. Nous doublons de taille tous les ans".

Combinaison de 4 savoir-faire

Fondé en 2010, Famoco développe une solution de contrôle des transactions combinant un terminal bon marché sous Android et une plate-forme logicielle d’administration."Notre savoir-faire réside dans le logiciel, estime Lionel Baraban. Notre solution offre l’avantage de la flexibilité tout en rendant les transactions plus simples et plus sûres. Les clients peuvent tester et expérimenter pour mettre en œuvre leurs applications."

Les applications visées sont nombreuses : paiements dans les pays émergents, validation de titres de transport dans les bus, contrôle de billets dans les trains, compte-rendu d’opérations de maintenance sur site, etc. Famoco affronte de nombreux comcurrents : Ingenico et Verifone dans le paiement, Thales dans le contrôle de billets de train, Zebra Technologies dans la mobilité, etc. "Nous nous différencions par notre agilité car nous sommes sur un marché en perpétuel changement, revendique Lionel Baraban. Nous combinons quatre savoir-faire : électronique, carte à puce, Android et gestion des mobiles."

Montée des capacités de production en France

La PME a levé 16 millions d’euros auprès d’un pool d’investisseurs qui comprend Orange, la SNCF et Bpifrance. Elle revendique plus de 150 000 terminaux en service et table sur la fabrication de 200 000 à 300 000 unités par an. Aujourd’hui, la production est réalisée totalement en Chine. "Nous avons fait ce choix non pas pour des questions de coûts mais d’écosystème, justifie Lionel Baraban. Quand nous devons changer de composants, nous pouvons le faire très vite. On commence à voir en France des capacités de production à des coûts acceptables. Mais pas encore aux mêmes conditions de flexibilité qu’en Chine."

Famoco envisage néanmoins de relocaliser en France une partie de la production cette année même si cela va entrainer un surcoût de 20 à 30%. Histoire de tester ce nouveau modèle. "Avec le développement de l’Internet des objets, le France va devenir une base de production intéressante", pressent Lionel Baraban.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle