Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Family Business : Mane, poursuivre la mission

, , ,

Publié le

Le parfumeur organise des réunions régulières entre les membres des quatrième et cinquième générations, afin de garder une famille et des actionnaires unis.

Family Business : Mane, poursuivre la mission © DR

La famille Mane - quatrième génération de parfumeurs et aromaticiens à Bar-sur-Loup (Alpes-Maritimes) - compte aujourd’hui trois branches : celle de Jean, l’aîné, et président du directoire et CEO ; celle de son frère Michel, directeur général ; et celle de Françoise, secrétaire du conseil de surveillance. "Il y a aujourd’hui cinq membres de la famille impliqués à différents postes dans la société. Trois personnes de la cinquième génération sont déjà dans l’entreprise : une, Samantha, au niveau du management de la région Europe Moyen-Orient Afrique, et deux autres, Aurore et Christophe sur des profils plus techniques, en tant que parfumeur et aromaticien juniors. Nous employons 4 000 personnes dans le monde et 1 400 en France : sans népotisme aucun, on doit pouvoir intégrer les huit personnes de la cinquième génération de la famille pour peu qu’elles le souhaitent", explique le président du groupe.

"Eviter les conflits intergénérationnels"

La famille organise périodiquement des réunions entre la quatrième et la cinquième génération pour sensibiliser les jeunes aux opportunités dans le groupe Mane (725 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013), expliquer la société, son environnement, et les nouveaux investissements. "Nous avons commencé il y a deux ans car il a fallu attendre que les enfants de la cinquième génération aient un âge suffisant : leur âge s’étale aujourd’hui entre 19 et 31 ans". Et Jean Mane d’insister sur la nécessité de rester une famille unie : "N’ajoutons pas des difficultés et des ferments de division au contexte fiscal et industriel et à la concurrence au niveau industriel !"

Accompagner la génération qui monte n’est pas évident. "Je suis extrêmement heureux que quelqu’un dans l’entreprise que je considère comme un demi-frère ait accepté de jouer le rôle de tuteur de ma fille aînée, explique Jean Mane. Cela crée des conditions beaucoup plus favorables à la transmission des savoirs. Cela évite les conflits intergénérationnels, les 'cabrages' ou les positions péremptoires. Entre les trois branches de la famille, on peut aussi trouver des tuteurs qui ne soient pas les géniteurs."

"Pas que des avantages"

Pour le patron du parfumeur, la question d’avoir un dirigeant familial est difficile. "Elle touche aux domaines de la compétence et de la capacité à faire un métier de plus en plus exigeant, mais aussi à la volonté de poursuivre le sacerdoce. Nous nous considérons comme des missionnaires avec mission de faire croître et transmettre l’entreprise. Nous avons des devoirs par rapport aux autres familles qui composent les forces vives de notre entreprise".

Pour le dirigeant, "il faut faire vivre les valeurs de la société au sein de l’entreprise, mais aussi dans la famille, et expliquer pourquoi on a été un père absent, le stress que l’on a subi… Il n’y a pas que des avantages à être chef d’entreprise. Mais c’est un grand bonheur de voir la cinquième génération arriver malgré tout ça. Cela veut dire que tous ces sacrifices n’ont pas été vains". Mais cela oblige la génération au pouvoir de transmettre dans de bonnes conditions, et de ne pas se débarrasser d’une "patate chaude".

"Un jour, il y a vingt ans, mon père nous a convoqué mon frère et moi pour nous dire : 'J’ai une offre de rachat intéressante, et j’ai négocié pour vous cinq ans de travail au sein de l’entreprise. Qu’est-ce que vous voulez faire ?'. Nous avons répondu que s’il avait confiance en nous, nous acceptions de relever le défi". Jean Mane a lui annoncé la couleur : il quittera l’entreprise en 2021 quand elle aura 150 ans et lui 67 ans. 

Patrick Déniel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle