L'Usine Agro

Family Business : à 100 ans, Hénaff a changé ses structures

, , ,

Publié le

La PME agroalimentaire bretonne a créé un cercle de famille représentant les actionnaires familiaux. Une façon de garder le lien avec la société.

Family Business : à 100 ans, Hénaff a changé ses structures © D.R.

"Nous avons profité du centenaire de notre société, en 2007, pour créer un cercle de famille et nous avons recruté un animateur extérieur, explique Jean-Jacques Hénaff, président du conseil de surveillance de la société charcutière éponyme (42,6 millions d’euros de chiffre d’affaires). Ce cercle réunit sept ou huit personnes qui représentent les actionnaires. Ils se réunissent tous les deux mois et éditent un bulletin qui permet de garder le lien entre les actionnaires familiaux et la société".

Le capital de la société basé à Pouldreuzic (Finistère) est réparti entre une trentaine d’actionnaires de la troisième et de la quatrième génération qui se partagent les deux tiers du capital. Le cercle de famille travaille sur la raison d’être de l’entreprise, les questions d’avenir, et fait des propositions ou émet des points de vue transmis à la direction opérationnelle, indique l’ancien patron, qui a transmis le flambeau à son fils Loïc, aujourd’hui directeur général.

un comité de sélection et un comité des rémunérations

"Le cercle a notamment émis une charte sur les rémunérations des dirigeants, sur les conditions dans lesquelles les membres de la famille peuvent postuler, et réfléchit sur la possibilité d’une bourse aux actions dans le cas de la sortie d’un actionnaire, précise Jean-Jacques Hénaff. Ces dispositions n’ont pas une valeur juridique mais morale, ce qui n’est pas rien. Chacun signe le document". Cette charte a par ailleurs vocation à s’enrichir. "L’idée, c’est de réfléchir à froid aux problèmes qui peuvent se présenter".

Lors du centenaire,  la structure juridique de la société a évolué : elle est passée de SA à conseil d’administration à celui de SA dotée d’un conseil de surveillance qui valide les options stratégiques et de la direction opérationnelle. La PME s’est également dotée d’un comité de sélection et d’un comité des rémunérations, ainsi que d’un comité stratégique. "Nous avons également fait entrer deux administrateurs extérieurs pour insuffler du professionnalisme dans le conseil de surveillance" explique Jean-Jacques Hénaff. 

Patrick Déniel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte