Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

FagorBrandt : 24 millions d’euros d'aides publique et privée pour sauver le site d'Orléans

, , ,

Publié le

Le ministère du Redressement productif a décidé de porter secours au fabricant d’électroménager en difficultés FagorBrandt. Il devrait lui verser 10 millions d'euros sous forme de prêt, accompagné d’un effort bancaire de 14 millions. Une somme qui permettra de relancer l’activité du site d’Orléans début décembre.    

FagorBrandt : 24 millions d’euros d'aides publique et privée pour sauver le site d'Orléans © FagorBrandt

Le groupe d'électroménager FagorBrandt, en redressement judiciaire depuis le 7 novembre, devrait pouvoir redémarrer partiellement ses activités début décembre. Dans un communiqué du 25 novembre, le ministère du Redressement productif, a annoncé que l’Etat allait mobiliser 10 millions d'euros sous forme d’un prêt, au titre du Fonds pour le développement économique et social (FDES), dans le cadre du plan de résistance économique, présenté le 13 novembre par le gouvernement.

"Un effort des banques créancières a permis d'obtenir l'injection d'un prêt de 5 millions d'euros, ainsi que la levée des gages sur les stocks de produits finis représentant environ 9 millions d'abandon de créances", ajoute le communiqué. Au total, le soutien des banques s’élève à 14 millions d’euros. Le remboursement du prêt du FDES et du prêt des banques est prévu en plusieurs échéances d'ici à mars 2014.

Relance de la fabrication des fours et des tables à induction

Ce soutien financier public-privé va permettre de commander les pièces et matières premières nécessaires au redémarrage de l’activité du site de Saint-Jean-de-la-Ruelle (Loiret), près d’Orléans. L’usine, qui emploie 550 personnes, est celle qui fabrique les appareils à plus forte valeur ajoutée. Selon Philippe Breger, délégué CGT, deux lignes seraient concernées par ce redémarrage : la ligne de fours et celle des tables à induction. L’annonce devrait être confirmée lors d’un comité central d’entreprise le 28 novembre à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

"C’est une très bonne nouvelle, qui montre l’engagement du gouvernement dans le soutien de FagorBrandt. Mais il ne faut pas oublier les autres sites du groupe", a réagi Philippe Breger. Pour lui, le combat doit être maintenant mené pour "qu’au moins une ligne puisse redémarrer rapidement dans chacun des trois autres sites", à Aizenay (Vendée), La-Roche-sur-Yon (Vendée) et Vendôme (Loir-et-Cher). Il apparaît cependant peu probable que d’autres sites du groupe puissent reprendre leur activité avant la fin de l’année, "le délai du redémarrage, une fois les fonds réunis, étant de 2 à 3 semaines", a-t-il ajouté.

Le ministère du Redressement productif souligne dans son communiqué que le redémarrage de l'activité est "nécessaire au financement de la période d'observation" et constitue "un préalable au dépôt et à l'examen des projets de reprise". Le dépôt des offres de reprise a été fixé au 13 décembre par le tribunal de commerce de Nanterre.

Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus