Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Fagor en pleine déconfiture

,

Publié le

Fagor en pleine déconfiture
Fagor accuse une dette de 859 millions d’euros.

Les jours sont comptés pour Fagor. Le 30 octobre, sa maison mère Mondragon a refusé de lui verser les 170 millions d’euros qu’il réclamait pour survivre et se restructurer. Une décision qui pourrait bien sonner le glas du cinquième fabricant européen de gros électroménager. Les chances apparaissent minces pour trouver une autre source de financement, tant sa dette (859 millions d’euros) rebute les potentiels partenaires. Le 31 octobre, Mastercook, sa filiale polonaise spécialisée dans les appareils d’entrée de gamme, a dû déposer le bilan.

En France, FagorBrandt, qui compte pour plus de 60% des ventes de Fagor avec ses marques Brandt, Vedette ou De Dietrich, court vers la même issue. La coopérative basque risque de se retrouver démantelée. Trop tributaire des pays matures d’Europe de l’Ouest, laminé par la crise en Espagne et les appareils low cost des marques de distributeurs, Fagor n’a pas réussi à se hisser au niveau des géants mondiaux du secteur. Vanté pendant des années comme un rempart contre la crise et la mondialisation, son statut coopératif ne l’aura finalement pas protégé. L’industriel a été pris à son propre piège : celui de trop tarder à se restructurer pour ménager ses salariés coopérateurs. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle