Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Facebook, une économie de 15 milliards d'euros en Europe

, ,

Publié le

Le réseau social prépare son entrée en Bourse, mais il ne se contente pas de monnayer l’audience de ses des 845 millions d’abonnés. Il peut aussi se vanter dans sa valorisation de créer des emplois indirects et de la valeur ajoutée.

Facebook, une économie de 15 milliards d'euros en Europe © GOIABA - Flickr - C.C.

5 milliards de dollars au minimum pour une première levée de fonds en Bourse... De 75 à 100 milliards de valorisation, lit-on ici et là. L'arrivée de Facebook sur le marché public fait autant fantasmer qu'elle perturbe la logique de certains observateurs habitués de l'économie traditionnelle.

Comment une start up de huit ans d'âge, dirigée par un gamin de 27 ans et qui ne fait que du réseau social, pourrait-elle être valorisée davantage qu'un fabricant automobile ? En fait, Facebook ne produit pas que du vent ! Loin de là...

Le réseau compte 845 millions d'utilisateurs actifs, dont la moitié se connecte au moins une fois par jour. Une audience que la start-up réussit à moyenner en 2011 3,71 milliards de dollars, le double qu’en 2010. Avec un bénéfice d'un milliard de dollars. Mais ce n’est pas tout. Localement, aussi le réseau social crée de la valeur.

Notoriété et promotion de la marque

Dans l'Union Européenne, selon le cabinet Deloitte, son impact économique serait déjà de 15,3 milliards d'euros pour 2011 et de 232 000 emplois créés. 214 millions de dollars et 3200 jobs proviennent de sa présence physique en Europe, en particulier en Irlande où est installé son centre opérationnel.

Mais surtout, la firme de Mark Zuckerberg serait responsable de 15,1 milliards d'euros d'économie (et 229000 emplois) au travers de son réseau social, selon Deloitte. Près de la moitié (7,3 milliards d'euros et 111 000 emplois) proviendrait de la capacité des entreprises à faire de la publicité sur Facebook, à y étendre leur notoriété, à promouvoir leur marque... Et au final, à augmenter leurs ventes par ce biais.

Ces entreprises exploitent les données des internautes, mais surtout le procédé de recommandation propre à Facebook en lieu et place du désormais traditionnel référencement Google.

36% des 15,1 milliards d'euros proviennent par ailleurs de la vente d'équipements (mobiles, tablettes, équipements réseau, etc) nécessaires à l'utilisation de l'outil, et 19% de l'écosystème des apps dans Facebook.
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus