Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Facebook ciblé par plusieurs enquêtes à travers le monde

, ,

Publié le

L’étau se resserre autour de Facebook. Mis en cause dans l’affaire Cambridge Analytica, le réseau social américain fait l'objet de plusieurs enquêtes menées par les autorités de régulation américains, britanniques et européennes. Tandis que son cours de Bourse s’effondre.

Facebook ciblé par plusieurs enquêtes à travers le monde
Mis en cause dans l’affaire Cambridge Analytica, le réseau social américain fait l'objet de plusieurs enquêtes menées par les autorités de régulation
© Facebook

Les révélations sur le siphonnage il y a quatre ans des données de 50 millions d'abonnés de Facebook par Cambridge Analytica inquiètent les institutions et autorités à travers le monde. Parlementaires américains et européens entendent comprendre comment cette société de conseil londonienne, qui a soutenu la campagne électorale de Donald Trump en 2016, a pu avoir accès aux données de Facebook en 2014… et pourquoi ce dernier n'en a pas informé ses utilisateurs.

Les enquêtes se multiplient. Du côté de la Commission fédérale américaine du Commerce (FTC), l'agence américaine chargée de la protection du consommateur, qui, si elle mettait en exergue une violation par Facebook de l'accord sur les données personnelles signé en 2011, l’exposerait à des amendes pouvant atteindre plusieurs milliers de dollars par jour d'infraction constatée, selon Bloomberg. Mais également par l'Information Commission, une instance de régulation britannique, ainsi que le «G29».

Mardi 21 mars, cette instance chargée de la protection des données dans les pays de l'Union européenne a jugé ces accusations "très graves (…) avec des conséquences considérables pour la protection des données privées et le processus démocratiques".

Les parlementaires britanniques appellent Mark Zuckerberg à s'expliquer

Le Parlement britannique comme le Parlement européen appellent pour leur part le dirigeant de Facebook, Mark Zuckerberg, à venir s’expliquer en personne. Chez Cambridge Analytica, également dans le collimateur, le patron, Alexander Nix, vient d’être suspendu.
A la Bourse de New York, l’action Facebook s’écroule, les investisseurs craignant que le groupe écope de sanctions financières massives et que les utilisateurs et annonceurs ne finissent par se détourner du réseau social.

Une plainte a déjà été déposée le 20 mars par des actionnaires de Facebook devant un tribunal de San Francisco, lui reprochant d'être responsable de leurs pertes boursières de ces derniers jours par son incapacité à protéger les données personnelles de ses utilisateurs.

Créée en 2013, Cambridge Analytica se présente comme un cabinet spécialisé dans les études sur la consommation, la publicité ciblée et autres services liés à l'analyse de données, pour des clients politiques ou pour des sociétés. Selon le New York Times, l'entreprise a été créée grâce à un investissement de 15 millions de dollars du milliardaire américain Robert Mercer, donateur du Parti républicain, et son nom a été choisi par Steve Bannon, futur conseiller de Donald Trump et figure de l'extrême droite américaine.
 

(avec Reuters)
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus