Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Face aux théories du complot, l’industrie pharma souhaite "plus de transparence"

Coralie Lemke , ,

Publié le

55% des Français pensent que le gourvenement et les laboratoires pharmaceutiques sont de mèche pour cacher la nocivité des vaccins, selon une étude de l’Ifop pour la Fondation Jean Jaurès et l’observatoire Conspiracy Watch. L'industrie du médicament s'interroge sur la façon de regagner la confiance de l'opinion publique.

Face aux théories du complot, l’industrie pharma souhaite plus de transparence
L'obligation vaccinale étendue à 11 vaccin concerne les enfants nés après le 1er janvier 2018.
© James Gathany, Judy Schmidt, USCDCP

L’obligation vaccinale s’étend et la défiance des Français aussi. Depuis le 1er janvier, le nombre de vaccinations obligatoires est passé de 3 à 11 vaccins. Une mesure qui laisse visiblement les Français sceptiques. 55% d’entre eux approuvent l’idée que ''le ministère de la santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins'', révèle une étude de l’Ifop pour la Fondation Jean Jaurès et l’observatoire Conspiracy Watch, publiée dimanche 7 janvier.

Une défiance liée au produit en lui-même…

''Les vaccins restent des produits bien particuliers'', explique Philippe Lamoureux, directeur général du syndicat des Entreprises du médicament (LEEM). ''Déjà, le vaccin est un produit qui s’administre quand on est en bonne santé. On ne passe pas par le schéma classique, maladie-diagnostic-prescription. Ensuite, la procédure est bien plus invasive qu’un médicament qui se prendrait sous forme de comprimé. On doit quand même vous piquer avec une seringue. Enfin, il protège contre des maladies qui ont disparues, à cause desquelles on ne meurt plus. Le réflexe de se vacciner est donc moins naturel."

Certains professionnels du médicament se disent "accablés" par ce résultat, comme Jean-Yves Lecoq, le secrétaire général de GSK France. "C’est une croyance qui n’est pas rationnelle. Il faut revenir à la raison. Croire à une théorie du complot, c’est autre chose que de la simple méfiance." Mais le soupçon est bien là. 54% des Français ont une "mauvaise image des laboratoires pharmaceutiques" selon une enquête TNS Sofres de 2013. L’étude sur les théories du complot rapporte d’ailleurs que 32% des Français pensent également que "le virus du sida a été créé en laboratoire et testé sur la population africaine avant de se répandre à travers le monde."

… et à une succession de crises sanitaires

Pour remédier aux fausses rumeurs qui se propagent, Jean-Yves Lecoq ne voit qu’un seul moyen : plus de transparence. "Il n’y a pas de solution magique. Nos pratiques avec les médecins, par exemple, doivent être plus transparentes, c’est indispensable." Levothyrox, Cytotec, Dépakine… Ces derniers mois, les géants du médicament ont été au cœur de l’actualité. "Il y a eu une succession de crises sanitaires, qu’on a appelé des scandales. Effectivement, ça relevait parfois du scandaleux", estime Jean-Yves Lecoq.

Nier toute relation entre le gouvernement et les laboratoires du médicament ? "Cela ne ferait que renforcer la méfiance", observe le professeur Dominique Vinck, sociologue des sciences et de l’innovation à l’université de Lausanne. "C’est globalement l’absence d’information qui nourrit les soupçons de collusion. Autant reconnaître qu’il y a des relations et les expliciter. Toutes les entreprises ne sont pas des anges et le nier ne fait que nourrir le soupçon."

Enfin, les informations qui circulent sur internet jouent aussi un rôle dans la désinformation de l’opinion publique. "Les réseaux sociaux, et tout ce qui s’y partage librement, contribuent au phénomène de désinformation. Nous en avons bien conscience", confie une source interne chez Sanofi. Des "fake news" qui ne concernent pas que la santé mais aussi le terrorisme, l’assassinat du président Kennedy ou remettent en cause la forme de la Terre. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus