Face au Rafale, l'arme fatale du Gripen : son prix

Moins sophistiqué technologiquement, l'avion du suédois Saab a été préféré au Rafale de Dassault par les Brésiliens mais également par les Suisses. Il permet de remplir les principales missions exigées par les armées tout en étant moins cher.

Partager
Face au Rafale, l'arme fatale du Gripen : son prix

L'industriel suédois Saab a de quoi être heureux. En remportant l'appel d'offres des avions de combat au Brésil face au Rafale de Dassault Aviation et au F-18 de Boeing, il déjoue une nouvelle fois les pronostics. Avec le contrat brésilien, son Gripen remporte sa deuxième compétition à l'international en deux ans. Fin 2011, la Suisse avait également préféré son appareil plutôt que le Typhoon du consortium européen Eurofighter (détenu par EADS, BAE et Finmeccanica) ou le Rafale. L'armée de l'air brésilienne va s'équiper de 36 appareils pour un montant de 4,5 milliards de dollars. Si les négociations aboutissent, les premières machines seront livrées en 2018.

Saab a un atout majeur à faire valoir : son prix. Au Brésil, ce critère a été encore déterminant. Le patron de Saab ne s'en était pas caché au moment d'officialiser la nouvelle : "Nous sommes impatients de fournir à l'armée de l'air brésilienne l'avion le plus en pointe et le plus abordable", précisait Håkan Buskhe, le PDG de Saab.

"Il n'appartient pas à la même catégorie"

Si l'appel d'offres s'est autant prolongé, c'est que les priorités budgétaires de Dilma Rousseff, la présidente brésilienne, portaient avant tout sur la politique sociale et non pas sur l'achat de nouveaux équipements militaires coûteux. Le Rafale, un temps favori après les assurances données en 2009 à Nicolas Sarkozy par l'ancien président Lula, n'était plus le premier choix depuis plusieurs mois. Chez Dassault Aviation, on regrette cette "logique financière" qui favorise le Gripen. "Il n’appartient pas à la même catégorie que le Rafale. Monomoteur et plus léger, le Gripen n’est pas équivalent en termes de performances et donc de prix. Cette logique financière ne prend en compte ni le ratio coût-efficacité favorable au Rafale, ni le niveau de la technologie offerte."

Cette logique financière avait déjà primé en Suisse en 2011. Selon des sources proches des négociations, le Gripen avait été le plus mal noté lors des évaluations militaires parmi les trois avions en lice. Avec une offre 25% moins cher, Saab l'avait tout de même emporté sur ses deux concurrents européens. L'avion suédois, moins performant, n'est équipé que d'un seul moteur alors que la concurrence vole bi-motorisée. Il n'emporte que 5,3 tonnes de charge (armements, réservoirs...) contre 9,5 tonnes pour le Rafale. Le delta technologique est tel que 18 Rafale suffisaient à accomplir l'ensemble des missions demandées aux 22 Gripen. Mais le principe de réalité s'est imposé aux militaires suisses. Ils ont opté pour un appareil capable d'accomplir le cahier des charges fonctionnel sans être un bijou de technologie aéronautique.

Pour élever la valeur de son offre, Saab procède également à des transferts de technologies poussés. "Le choix a fait l'objet d'études très minutieuses et des considérations qui tiennent compte de la performance , du transfert efficace de la technologie et des coûts d'acquisition et de maintenance. Le choix est basé sur le meilleur équilibre entre ces trois facteurs", a ainsi justifié Celso Amorim, le ministre brésilien de la Défense. Fermez le ban !

Hassan Meddah

2 Commentaires

Face au Rafale, l'arme fatale du Gripen : son prix

michel
29/12/2013 18h:56

Pourquoi Dassault ne sortirait-il pas un avion "low-cost" sur une base de Mirage 2000, qui serait tout aussi attractif que le Grippen ?

Réagir à ce commentaire
Réaction(s)
loloetval
13/12/2021 23h:56

pourquoi pas , un Mirage 2000-10 par exemple , avec un radar RBE2 AESA et un ordinateur comme SPECTRA , mais , les pays n'achèteraient plus de Rafale !! seulement des 2000 !! faut dire que SPECTRA pèse très lourd , bien plus de 200 kg ! il faudrait revoir aussi la motorisation !! 12 ou 13 tonnes en poussée humide serait un plus , mais à chaque augmentation d'équipements , la facture va grimper , un Rafale C coute 68 millions d'euros , certes un 2000 coute moins de 40 millions mais avec une remise à jour , si il coute 50 millions voir un peu plus , il vampiriserait tout de même le Rafale ! et un bi moteur donne un peu de sécurité , un moteur , si il tombe en panne , il faut planer jusqu'à un terrain ou s'éjecté , et au dessus de la mer , deux moteurs , c'est bien plus sécurisant !

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS