Face à la crise, les coopératives agricoles poursuivent les concentrations

Bilan mitigé pour les coopératives agricoles en 2015. Leur chiffre d'affaires se stabilise, mais elles subissent toujours les conséquences de la crise. Pour y faire face, les coopératives fusionnent entre elles ou acquièrent des entreprises externes.

Partager

Les coopératives agricoles résistent. Mais l'accélération espérée en 2014 n'a pas eu lieu. La progression de leur chiffre d'affaires est plus faible que l'an passé, 0,3% contre 0,5%. Leur revenu s'élève à 85,1 milliards d'euros, a annoncé Coop de France qui présentait le 3 décembre son bilan économique annuel. Leur part de marché reste stable à 40 %.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les coopératives françaises subissent la concurrence européenne. On note la disparition d'Axereal dans le top 20 des coopératives européennes, et la chute de Vivescia, Terrena, et Tereos dans ce même classement. Seul Agrial et Sodiaal ont tiré leur épingle du jeu, et ont gagné respectivement une et cinq places. InVivo conserve sa place de huitième.

81 opérations de concentration

Pour faire face à cette concurrence, la coopération agricole poursuit les mouvements de concentration. 81 opérations ont été enregistrées durant les onze premiers mois de l'année, la majorité sont des fusions entre coopératives, en particulier dans le secteur laitier. La branche lait d'Agrial a fusionné avec Eurial, Sodiaal et la Clhn ont initié un projet de rapprochement en octobre.

"Nous devons faire des alliances pour gagner en compétitivité, argumente Philippe Mangin, président de Coop de France et d'InVivo. Il ne faut pas que les coopératives françaises se fassent concurrence."

"Il est essentiel d'avoir des leaders forts", ajoute Pascal Viné, le délégué général de Coop de France.

En parallèle de ces fusions inter-coopératives, les opérations de croissance externe ont repris en 2015 après s'être ralenties l'an passé. Ainsi, Terrena est en négociation exclusive pour reprendre le volailler Doux, Invivo est devenu actionnaire majoritaire de la maison de négoce bordelaise Cordier Mestrezat Grands Crus etc. Des rapprochements se font aussi à l'international, à l'image de Tereos qui a acquis le distributeur anglais Napier Brown Sugar Limited.

Le tissu coopératif reste varié

"Il y a eu beaucoup de fusions, mais leur nombre reste faible par rapport aux autres pays européens. Notre tissu d'entreprises est toujours aussi varié. 90% des 2 700 coopératives sont des PME-TPE et la majorité d'entre elles ont leur siège en zone rurale", nuance Philippe Mangin.

"Il est important d'avoir à la fois des leaders présents sur le marché européen, et des petites coopératives qui assurent le maillage territoriale. En partant à l’export, les premières libèrent des volumes sur le marché national, qui est accessible aux secondes."

Le 16 et 17 décembre, Coop de France tiendra son congrès annuel en présence d'Emmanuel Macron et de Stéphane Le Foll. L'organisation présentera ses objectifs pour 2020. Au programme : compétitivité et recherche de valeur ajoutée. Philippe Mangin officialisera son départ. Le président passe la main après 15 années de mandat. Michel Prugue, PDG de Maïssadour, devrait lui succéder.

Marine Protais

La pub pour lutter contre la crise

Deux ans après le lancement de sa première campagne publicitaire, la coopération agricole signe trois nouveaux spots. "C'est le socle de notre projet stratégique, explique Philippe Mangin. Nous voulons nous adresser directement aux consommateurs pour mieux valoriser nos produits." Les pubs diffusent trois messages: "cette vache ne vous fera pas avaler n'importe quoi" pour la maîtrise de la chaîne alimentaire, "cet épi  de blé va réveiller tout un village" pour l'ancrage territorial et "ce raisin sera juteux pour l'emploi" pour le développement des emplois locaux. Ils seront à l'antenne du 2 au 20 décembre.

 

0 Commentaire

Face à la crise, les coopératives agricoles poursuivent les concentrations

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS