Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Face à l'offensive des griffes de luxe, Casio joue la technologie.LA MONTRE WAVE CEPTOR VEUT SÉDUIRE LES NOMADES

Publié le

Face à l'offensive des griffes de luxe, Casio joue la technologie.

LA MONTRE WAVE CEPTOR VEUT SÉDUIRE LES NOMADES



Si un produit mise sur le nomadisme des consommateurs ou les " outdoor attitudes " c'est bien la montre Wave Ceptor commercialisée par Casio ce mois-ci. Autonomie totale, nul besoin de racheter une pile ou de s'adresser à un professionnel pour la remplacer ; et qui plus est, la montre ne se dérègle jamais. Ce n'est pas la première fois que la marque japonaise, à l'origine des montres à cristaux liquides dans les années 70 fait un joli coup dans l'horlogerie : au début des années 90, elle avait lancé les premières montres intégrant des capteurs de pression et de températures, ouvrant la voie à lacommercialisation des altimètres portés au poignet. " De même, nous avons récemment été précurseurs dans les montres avec appareils numériques intégrés ou lecteur MP 3 ", ajoute Laurent Freysz, directeur commercial et marketing de Montres Casio France.

Jouer sur la fibre technologique

C'est donc pour conforter cette stratégie de rupture que le numéro trois mondial du secteur (en volume) après Swatch et Seiko, lance sa dernière innovation. Jouer sur la fibre technologique est son credo face à une concurrence très active. " Le marché européen, et surtout français, est envahi par de nouveaux noms qui viennent du monde de la mode ou du luxe. Nous devons nous démarquer ", poursuit Laurent Freysz. Pour y parvenir, les ingénieurs de Casio ont trouvé le moyen de miniaturiser à la fois les capteurs solaires et l'antenne permettant le radio-pilotage. Dans l'univers de la montre, la combinaison entre les deux technologies est d'ailleurs une première mondiale. Dans le passé, la marque allemande Junghans avait bien lancé un modèle radio piloté. Mais le récepteur, très volumineux et logé dans le bracelet, posait problème quand il fallait le changer. Wave Ceptor a intégré le dernier cri en matière de miniaturisation (à partir de circuits LSI). Capteurs et récepteurs sont donc quasiment invisibles. Le radio pilotage fonctionne avec les signaux émis par l'horloge étalon de Francfort. Et la portée de réception a été augmentée jusqu'à 1 200 kilomètres. Dans ce rayon, la montre ne se dérègle jamais, se remet à l'heure automatiquement quand son propriétaire revient d'un pays lointain, ou quand il passe de l'heure d'hiver à celle d'été. Ensuite, les performances de la batterie solaire ont été multipliées par dix par rapport à la génération précédente, de sorte que la montre a quasiment une durée de vie illimitée. C'était primordial puisque contrairement aux calculettes, une montre fonctionne 24 heures sur 24. " Même dans le noir complet, il faudrait des mois avant que la batterie ne soit à plat. Et elle est rechargeable y compris à la lumière artificielle ", souligne Laurent Freysz. Naturellement, la montre intègre un économiseur d'énergie via un système d'extinction automatique (pour la nuit).

Un prix un peu élevé

L'innovation de Casio appelle toutefois deux réserves : tout d'abord, son prix, 250 euros, paraît un peu élevé ; ensuite, à l'heure où les consommateurs privilégient la simplicité d'utilisation des produits, Wave Ceptor et son manuel d'utilisation presque aussi épais qu'un annuaire téléphonique pourraient en dérouter plus d'un. Il n'empêche. La marque japonaise affiche de sérieuses ambitions : Comme l'annonce Laurent Freysz, elle compte systématiser ces technologies sur toutes ses gammes dans les années à venir pour en faire un standard. On verra si les ventes de fin d'année lui donnent raison.



L'ambition de l'entreprise

Renforcer son positionnement sur les montres à contenu techno face à la déferlante des montres " accessoires de mode ".

Affirmer son image de marque innovante.



Les plus du produit

C'est la première montre à combiner alimentation solaire et radiopilotage.

Autonomie à 100 % grâce à des minicapteurs solaires, avec une durée quasi illimitée.

La Wave Ceptor ne se remonte pas et ne se dérègle jamais ; elle passe automatiquement à l'heure d'hiver ou d'été.



La concurrence

Seule la marque allemande Junghans avait tenté il y a une dizaine d'années de lancer des modèles de montres radiopilotées. Mais sans grand succès : les produits n'étaient pas totalement fiables, un peu trop cher et surtout, le récepteur trop volumineux. De même, les montres solaires Citizen ou les premiers modèles Casio étaient trop volumineux pour plaire. Les dernières possibilités technologiques en matière de miniaturisation ont permis à Casio de pallier le problème.



L'avis de l'expert

" Je ne comprends pas pourquoi toutes les montres ne sont pas radiopilotées ! C'est un formidable bénéfice pour le consommateur. Cela existait dans les réveils mais pas dans les montres. Je pense que le produit plaira. ", Francis Lambert, PDG des magasins Louis Pion.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle