L'Usine Auto

Face à de nouveaux rappels liés à des airbags défectueux, Honda propose son aide à Takata

, ,

Publié le

Le patron du constructeur japonais Honda a annoncé une nouvelle extension dans le monde des rappels de voitures dotées d'airbags défectueux de son compatriote Takata, qu'il se dit prêt à soutenir financièrement si nécessaire.

Face à de nouveaux rappels liés à des airbags défectueux, Honda propose son aide à Takata © © Livbag

Le PDG de Honda, Takanobu Ito, a annoncé mardi 9 décembre, dans une interview au quotidien économique Nikkei, une nouvelle extension dans le monde des rappels de voitures dotées d'airbags de son compatriote Takata, qu'il se dit prêt à soutenir financièrement si nécessaire.

Le dirigeant a fait part de ses regrets pour ne pas avoir agi plus tôt. "Nous aurions dû prendre des mesures en considérant qu'il s'agissait d'un problème lié au véhicule au lieu d'un problème de pièces", a-t-il expliqué.  "Takata est responsable de la qualité de ses coussins de sécurité, et lui demander d'identifier la cause du problème est la procédure normale dans l'industrie", s'est justifié Takanobu Ito qui prévoyait à l'origine d'attendre cette étape.

Vingt millions de véhicules concernés au total

Mais, face aux critiques grandissantes aux Etats-Unis, où le constructeur fait l'objet d'une enquête et de plusieurs plaintes, Honda a décidé de passer à la vitesse supérieure, à rebours de Takata qui a refusé de se plier aux injonctions des autorités.

Dans le seul cas américain, le groupe va doubler, comme il l'avait déjà annoncé vendredi, le nombre de véhicules convoqués au garage, les portant à six millions dans ce pays qui se trouve en première ligne, car la plupart des airbags défectueux ont été fabriqués au Mexique.

Ailleurs dans le monde, un million d'automobiles, notamment en Chine et Japon, vont venir s'ajouter aux 6 millions rappelées depuis le début de l'affaire en 2008. D'où un total de 13 millions, sur les 20 millions concernés dans l'ensemble de l'industrie.

La détériotation du nitrate d'amonium en cause

Les coussins de sécurité mis en cause présentent un risque de projection sur les passagers de fragments de métal et plastique. Au coeur du problème, se trouve l'agent gonfleur utilisé - du nitrate d'ammonium -, qui tend à se détériorer, notamment en cas d'exposition à une humidité excessive.

"Nous ne pouvons pas dépendre de Takata pour trouver la raison" des explosions d'airbags, responsables de cinq décès à ce jour (quatre aux Etats-Unis et un en Malaisie), a souligné Takanobu Ito qui a décidé de se joindre à une initiative lancée par Toyota afin que les investigations soient menées par une tierce partie.

"Si Takata ne peut plus fournir d'airbags, tous les constructeurs se retrouveront en difficulté"

Honda, premier client et actionnaire de Takata, lui demandera de prendre en charge les coûts s'il devait être déclaré responsable par les autorités américaines et écoper d'une amende.

Mais il ne laissera pas tomber l'équipementier qui subit de lourdes pertes du fait de ces rappels et réparations massives. "Si personne d'autre n'aide, nous devrons faire quelque chose", a assuré Takanobu Ito. "Si Takata ne peut plus fournir d'airbags, tous les constructeurs, pas seulement Honda, se retrouveront en difficulté".

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte