Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Fabrication Additive : 12 acteurs reconnus pour leur expertise

Publié le

Dossier De la conception à la fourniture d’outils de simulation et d’optimisation, de machines d’impression 3D en passant par le transfert technologique et l’aménagement de lignes complètes automatisées en vue de réaliser du prototypage, de la petite, moyenne et grande série en céramique, métal, polymères, résines, bois ou autres matériaux biosourcés, voici 12 acteurs incontournables du marché de la fabrication additive.  

RENISHAW, la R&D comme élément moteur

Leader mondial dans les technologies d’ingénierie, le groupe Renishaw (4 500 personnes 706 M€ de CA), dont le siège est basé au Royaume-Uni, propose des produits dans des domaines aussi divers que la production de réacteurs d’avions et de turbines d’éoliennes, la chirurgie dentaire ou bien la neurologie. Il dispose de filiales dans 36 pays. Il réalise 95 % de son activité à l’exportation. Ses plus grands marchés sont constitués par la Chine, les États-Unis, l’Allemagne et le Japon. Tout au long de son histoire, Renishaw s’est engagé de manière significative en matière de R&D et a toujours réinvesti entre 13 % et 18 % de son chiffre d’affaires en R&D et en ingénierie. Cette implication dans l’innovation est reconnue au niveau mondial, de nombreuses récompenses internationales ayant couronné la réussite de Renishaw. Le groupe a ainsi obtenu dix-huit Queen’s Awards pour ses performances dans les catégories « commerce international » et « innovation ».

https://3dceram.com/fr

 

CTTC – Investissements et innovation dans l’impression 3D céramique

Le CTTC a investi 2 millions d’euros sur le Parc Ester à Limoges pour se doter de sa plate-forme Alterinov qui réunit 7 technologies et une douzaine de machines. Il prévoit dans les 2 ans à venir d’investir encore un million d’euros pour acquérir de nouveaux équipements et conforter son rôle moteur dans l’impression 3D céramique. Depuis l’an dernier, il a engagé un partenariat avec Cerinnov pour le transfert d’une nouvelle technologie 3 (robocasting). L’un de ses axes forts de développement constitue les multi matériaux et l’hybridation de technologies pour créer des produits en environnement extrême. Le CTTC est impliqué dans de nombreux programmes collaboratifs dont NANONOXCERA financé par la Direction Générale de l’Armement (DGA) en partenariat avec la DGE, qui a pour objectif de mettre au point des produits de protection balistique à base de carbure de bore, plus performants et plus légers. Il est également impliqué dans le programme Cer-e-Factory pour développer une nouvelle offre technologique et servicielle en développant une chaîne numérique, « de l’idée à la pièce » pour la fabrication de nouveaux produits « Made in France ».

www.lisi-aerospace-am.com

 

AddUp investit dans un atelier d’impression 3D Métal

« En s’appuyant sur l’expérience Michelin qui produit industriellement 1 million de pièces / an en impression 3D métallique, AddUp a développé un savoir-faire unique dans la conception et l’exploitation d’ateliers de production totalement automatisés permettant de produire à l’échelle industrielle de larges volumes de pièces identiques et économiquement compétitives » annonce Jean Luc Laval le directeur marketing. Pour aller plus loin dans l’accompagnement de ses clients dans la fabrication de preuves de concept, la société est en train de réaménager ses locaux de Cebazat à côté de Clermont Ferrand. Au programme : la création d’une plate-forme de plusieurs milliers de m2 qui accueillera une trentaine de machines de fabrication additive métallique. « L’idée est d’aider nos clients à réaliser des preuves de concept (poc) et les amener à les industrialiser soit en acquérant nos machines, soit en faisant appel à d’autres prestataires labellisés AddUp Community ». AddUp emploie à Cebazat environ 180 personnes. Elle s’adresse à tous les industriels ainsi qu’aux centres de formation et établissements de recherches. Parmi ses clients figurent Carmat, l’ENS de Paris-Saclay ou encore le groupe Decayeux.

www.addup-academy.online

 

ALTAIR Des applications intuitives et faciles pour réussir en FA dès la conception

Les applications développées par Altair offrent des interfaces intuitives, faciles à assimiler qui nécessitent des formations très courtes avec une prise en main rapide. Grâce à elles, les clients d’Altair obtiennent des résultats rapides et fiables. Ces solutions peuvent être applicables à d’autres domaines utilisant indirectement la fabrication additive telle que la fonderie pour la réalisation de moules par exemple. Altair a planché aux côtés d’autres sociétés dont Sogeclair sur le programme collaboratif Eole pour la fabrication d’une porte de maintenance d’avion « monobloc », intégrant des fonctions comme la peau du fuselage, des charnières et les supports de mécanisme de fermeture tout en réduisant les zones usinées. Fin 2018, l’entreprise a également lancé SimSolid un logiciel d’analyse structurelle disruptif qui permet l’analyse de montages CAO complets en quelques minutes. Le 23 mai dernier, elle a organisé une journée de démonstrations avec des cas d’applications sur avec des vélos pliants urbains.

www.altair.com

 

AMP : de nombreux projets dans le viseur

AMP nourrit de nombreux projets de développement. Outre le médical et l’automobile, ses secteurs de prédilection, la PME travaille actuellement avec la Région des Pays de la Loire pour adresser les secteurs du nautisme et des engins TP (véhicules spéciaux). Autre projet en cours de développement : la mise en place d’un groupement sur la partie impression 3D qui intégrerait aussi bien les technologies que les nouveaux matériaux via l’ID4 CAR (le moteur d’idées pour véhicules spécifiques et mobilité durable) dont elle est membre. AMP a également été retenue par l’usine de fabrication de moteurs de Renault à Cléon pour fabriquer plus de 1 000 plateaux de picking. Son parc machines en constante évolution lui permet de réaliser des pièces de plus en plus volumineuses et lourdes. « Depuis un an et

demi, nous réalisons des grosses maquettes qui mobilisent tous nos savoirs-faires à l’exemple de la planche de bord fabriquée pour Magnetti-Marelli, mais aussi des petites séries de pièces extérieures véhicules » souligne Christophe Thomas, le dirigeant.

https://centre-pro3d.fr

 

STRAT UP CONCEPT pourrait se dupliquer chez un donneur d’ordre

Spécialisée dans la production de pièces imprimées de petites dimensions en titane (du prototype à la série), Strat Up Concept mise sur la qualité de finition de ses produits et sur une traçabilité garantie à 100 % pour assurer son développement. À la demande d’un gros client du domaine médical, l’entreprise pourrait se dupliquer et créer une entité qui produirait au sein même de l’unité de production de son client. La réflexion est en cours. Strat Up Concept se déploie dans d’autres domaines

d’activités tels que la joaillerie, la bijouterie, le luxe, l’horlogerie, le nucléaire et l’armement. Elle dispose d’une cinquantaine de clients actifs en portefeuille, présents aussi bien sur le territoire national que dans les pays limitrophes. « Nous accompagnons nos clients pour les aider à identifier leurs besoins, nous les aidons à concevoir leurs nouveaux produits et dans la plupart des cas, nous assurons la production en série de leurs pièces. Nous travaillons 3 titanes différents » précise Robin Roumat, l’ingénieur process du groupe.

https://cirtes.com/

 

ERPRO GROUP collabore avec MyFit Solutions pour l’impression d’embouts d’écouteurs sur mesure

Après avoir remporté un marché avec Chanel pour la réalisation du mascara « Le Volume Révolution de Chanel », première brosse à mascara imprimée en 3D et industrialisée à grande échelle, Erpro Group poursuit sur sa lancée en concluant un nouveau partenariat et fabriquer un autre produit destiné au grand public. Le contrat, conclu avec la startup lyonnaise MyFit Solutions, porte, cette fois, sur la fabrication en série d’embouts d’écouteurs personnalisés. Une application mobile via l’utilisation d’un smartphone permettra de réaliser une capture de l’oreille puis d’analyser, de modéliser en 3D les embouts et d’envoyer les fichiers à Erpro qui se chargera de leur production. Les embouts seront imprimés sur la machine Carbon M2 à partir de matériaux biocompatibles. Ils seront plus particulièrement destinés à la pratique sportive et aux activités de loisir& plein air. 18 mois de travaux ont été nécessaires pour proposer cette nouvelle offre en cours de lancement commercial.

www.savoy-international.com

 

 

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle