Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Fab21 à Fumay (Ardennes) mis en redressement judiciaire

, , ,

Publié le

On savait l'entreprise en sursis depuis que l'actionnaire japonais Maruyasu avait décidé en décembre 2013 d'arrêter les frais. Un peu plus de deux ans après avoir été vouée à la fermeture, l'ex-usine Godart, rebaptisée Fab21, qui était parvenue à préserver 84 emplois à Fumay (Ardennes) vient d'être placée en redressement judiciaire.

Fab21 à Fumay (Ardennes) mis en redressement judiciaire © Fab21

Les entreprises citées

Lâchée en avril 2013 par l'équipementier WTX Automotive System, filiale du groupe japonais Maruyasu Industries qui s'est lassé de combler les pertes d'exploitation de l'usine (20 millions d'euros entre 2004 et 2011), la SA Godart rebaptisée en décembre 2013 Fab21, suite au rachat éphémère de l'entreprise par des industriels champardennais, n'est jamais parvenue à sortir de la crise.

La baisse des charges du secteur automobile ajoutée à la fin du soutien financier (3 millions d'euros de fonds propres) apporté un certain temps par WTX pour permettre à l'entreprise de trouver de nouveaux marchés ont empêché le redressement de la société.

Accusant aujourd'hui un passif de deux millions d'euros, l'usine de Fumay (Ardennes) qui emploie encore 84 salariés a donc été placée en redressement judiciaire, le 25 février 2016, par le tribunal de commerce de Sedan. Ce qui va lui permettre d'étaler ses dettes.

D'ici le 28 avril, date du prochain rendez-vous devant l'organisme consulaire, Jean-Michel Coutellier, patron historique de cette société créée en 1960 par Victor Godart, va devoir trouver des solutions pour éviter des licenciements économiques.

Spécialisée dans la fabrication de pièces métalliques transportant les fluides dans l'environnement moteur mais aussi dans la transformation de tubes en acier, inox et aluminium, Fab21, second employeur de la commune fumacienne après Nexans, espère perdurer en trouvant un repreneur.

Des négociations sont déjà en cours avec des investisseurs japonais, allemands et italiens, intéressés par le savoir-faire de cette unité, et qui se seraient déjà mis sur les rangs.

Ce qui fait dire à l'avocat de l'entreprise, Me Harir, que la future restructuration de la société se fera sous forme d'un adossement de capital ou d'une cession.

Pascal Remy

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle