Fab 21 à Fumay liquidé puis repris : 45 licenciements à la clé

Sous-traitant  automobile, la société Fab 21 à Fumay plus connu sous son ancien patronyme de Godart a fait l'objet d'une liquidation judiciaire de la part du tribunal de commerce de Sedan (Ardennes). L'activité sera toutefois reprise par les Etablissements Bourguignon-Barré de Hautes-Rivières mais avec seulement trente-six-salariés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Fab 21 à Fumay liquidé puis repris : 45 licenciements à la clé

Placée en redressement judiciaire le 25 février 2016, l'entreprise Fab 21 (ex-Godart), implantée à Fumay (Ardennes) depuis les années 60, a été mise en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce le 21 juillet parce qu'elle accusait un passif de plus de deux millions d'euros et se trouvait en état de cessation de paiement.

Spécialisée dans la fabrication de tubes métalliques sous toutes ses formes pour l'industrie automobile, les engins agricoles, le ferroviaire et l'aéronautique, la PME dirigée par Jean-Michel Coutelier ne s'est jamais remis du départ en avril 2013 de son actionnaire majoritaire, le groupe japonais WTX.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Par la suite, le projet alternatif porté par le cabinet CLB Conseil n'a pas été à son terme.

Continuité dans le giron de Bourguignon-Barré

In fine et suite à un appel d'offres lancé par l'administrateur judiciaire, la juridiction consulaire a validé dans la foulée la reprise de l'outil de production par les Etablissements Bourguignon-Barré, une PME de forge et usinage localisée à Hautes-Rivières, employant 110 personnes et dirigée par Thierry Bourguignon lequel avait déjà consolidé sa propre affaire ces dernières années avec la création en 2014 de BB Aéronautique et la création avec d'autres industriels du Groupe Industriel Roze.

Mais si le sauvetage de l'appareil industriel lié à Fab 21 est acté, ce n'est pas sans casse sociale. Sur les 81 salariés figurant à l'effectif fumacien, seulement 36 seront conservés dans la nouvelle entité.

Un nouveau coup très dur pour la commune de Fumay qui avait déjà perdu ces derniers mois Fumeca et Vel'Ardennes.

Pascal Remy

Pascal Remy

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS