Quotidien des Usines

Extract-Ecoterres implante un centre de traitement sur le port de Bruyères-sur-Seine

, ,

Publié le

La filiale de Vinci Construction, Extract-Ecoterres, spécialisée dans le traitement et la valorisation des terres polluées et des sédiments vient d’ouvrir un centre au nord de Paris, à Bruyères-dur-Seine (Val-d'Oise).

Extract-Ecoterres implante un centre de traitement sur le port de Bruyères-sur-Seine
Station épuration boues
© cap21photo - Flickr - C.C

Le port de Bruyères-sur-Seine (Val-d’Oise) continue d’attirer les entreprises du secteur de l’environnement. Après, Biogénie Europe, qui a ouvert une plate-forme de traitement des terres polluées au printemps, c’est Extract-Ecoterres qui vient d’y ouvrir sa propre installation de traitement et de valorisation des terres et sédiments.

La filiale de Vinci Construction, spécialisée dans la gestion des sédiments, terres polluées, boues et autres produits pâteux a investi quatre millions d’euros pour réaliser ce centre d’une superficie de trois hectares et d’une capacité de traitement de 230 000 tonnes (ndlr : 2 500 tonnes/jour). Le site dispose également de son quai privatif en gros gabarit.

Le centre peut accepter différents produits : terres polluées, sédiments pollués, boues de forage, sables de voiries, laitance de béton.

Neuf millions de chiffre d’affaires

"Initialement implantée sur le port de Bonneuil-sur-Marne depuis 2005, Extract-Ecoterres a transféré son centre de traitement de sédiments sur le port de Bruyères-sur-Oise, pour y développer ses nouvelles activités de traitement de terres polluées mais aussi ses nouvelles techniques de traitement de sédiments et d’autres produits liquides", précise un porte-parole de l’entreprise.

Plusieurs solutions de traitement et de valorisation sont mis en œuvre : tri, criblage et regroupement des matériaux contenant de fortes proportions valorisables (gravats, pierres,…) : bioremédiation des terres et sédiments faiblement impactées aux hydrocarbures, lavage physico-chimique des terres, des sédiments, des sables de voirie et des laitances de béton, ressuyage dynamique des sédiments et des boues de forage.

Le centre est idéalement placé au regard des projets actuels du nord de l’Île-de-France et du Grand Paris en général jugent, en substance, les promoteurs de l’opération.

La plate-forme qui emploie quinze salariés anticipe un chiffre d’affaires de neuf millions d’euros par an.

Patrick Désavie

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte