Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Exporter ou couler

,

Publié le

La balance commerciale de la France a accusé, l’an passé, un déficit en hausse de près de 30 % à plus d’une soixantaine de milliards. Les industriels de l’armement – le fabricant de blindés Nexter, le vendeur du Rafale Dassault Aviation, le spécialiste des missiles MBDA… – seraient-ils des exemples à suivre pour corriger le tir ? Ils enchaînent les prises de commandes à l’export. Dernière illustration en date : le succès de Naval Group au Brésil où le président Temer vient de lancer l’assemblage des futurs sous-marins à partir de la technologie française. L’industriel a signé sur place le plus gros contrat de son histoire et ambitionne de réaliser la moitié de son chiffre d’affaires auprès des marines étrangères d’ici à 2025, contre 40 % environ les années précédentes. Pour Naval Group, l’exportation est tout simplement une condition de survie. Bien avant les succès de Dassault Aviation en Égypte, au Qatar et en Inde, un certain ministre de la Défense n’avait-il pas menacé d’arrêter la ligne de production des Rafale si l’avion de combat ne s’exportait pas ? Sur son marché domestique, Naval Group subit une logique implacable. La France lance un nouveau programme de sous-marins tous les vingt ans. Comme un développement dure dix ans environ, l’industriel doit trouver à l’étranger l’activité nécessaire pour occuper ses bureaux d’études dans l’intervalle. En cas d’échec, il risque de perdre les 400 compétences clés pour concevoir ces navires. D’où le Scorpene, un sous-marin développé sur fonds propres, taillé pour séduire les marines étrangères. Vendu au Chili, à la Malaisie, à l’Inde et au Brésil, il fait la jonction entre deux générations de sous-marins développés pour la marine française. Avec le contrat engrangé en Australie, qui prévoit la vente de douze sous-marins, Naval Group prépare sereinement le lancement de la nouvelle génération de sous-marin français. 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle