Quotidien des Usines

Explosion sans "enjeu radiologique" sur le site nucléaire de Marcoule

,

Publié le

Une personne a été tuée et quatre autres blessées après qu’un four a explosé ce lundi matin dans le centre de traitement de déchets d'une filiale d'EDF (Socodéi), dans le Gard. Si la préfecture craignait au départ des fuites radioactives, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) s'est montrée rassurante, au point de clore l'accident en fin de journée.

Explosion sans enjeu radiologique sur le site nucléaire de Marcoule © Jerôme Rey - La Provence

"Cet accident ne comporte pas d'enjeu radiologique ni d'action de protection des populations", expliquait l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) en charge de la cellule de crise mise en place peu après l’explosion. En d’autres termes, l’accident est considéré comme "terminé".

C'est ce lundi en fn de matinée, à 11h45, qu'une explosion a lieu dans l'installation nucléaire Centraco de Codolet, dans un centre de traitement de déchets d'une filiale d'EDF, voisine du site de Marcoule. Une déflagration provoquée apparemment par  l'incendie dans un four de retraitement de déchets faiblement radioactifs.

Peu après l'accident, un périmètre de sécurité a été installé, en raison des risques de fuite radioactive. Dans un communiqué diffusé dans la foulée, l’ASN s'est voulu rassurante : "Il n’y a pas de rejets à l’extérieur de l’installation". Un avis appuyé par EDF : "C'est un accident industriel, ce n'est pas un accident nucléaire". De fait, aucune opération de confinement ou d'évacuation des salariés n'a été mise en place jusqu'à ce que l'ASN décide de fermer sa cellule de crise. 

Interrogé sur l'accident en marge d'un déplacement à Maubeuge, le ministre de l'Energie Eric Besson a confirmé de son côté que l'explosion ne présentait "pas de risque radioactif".

Socodei, l'entreprise propriétaire du four, est spécialisée dans le traitement des déchets de faible et très faible activité. Les textiles (gants, combinaisons…) sont incinérés, tandis que les objets métalliques (outils, fûts…) sont fondus. Le but est de diminuer les volumes des déchets avant leur conditionnement. Socodei est une filiale d'EDF à 51 % et d’Areva à 49 %.

Le site nucléaire de Marcoule a été créé en 1956. Il regroupe plusieurs activités : production de combustible Mox, réacteur expérimental Phénix, laboratoire de traitement des déchets.

L'installation Centraco récupère chaque année plus de 5 000 tonnes de déchets de faible et de très faible activité, provenant de producteurs français et étrangers. Son rôle est de trier, décontaminer, valoriser, traiter et conditionner ces déchets et effluents faiblement radioactifs. Créée en 1990, son exploitation a débuté en 1999. Socodei, l'exploitant nucléaire de Centraco, est responsable à ce titre de la sûreté et de la radioprotection des installations. Le site emploie 340 personnes, dont 180 Socodei. Il est certifié OHSAS 18001, ISO 14001 et ISO 9001.

Par la rédaction

 

 

Marcoule en construction en 1955

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

13/09/2011 - 16h52 -

Même sans trace de radioactivité, EDF a une gestion des centrales nucléaire déplorable, il suffit juste de voir que l'ASN remet en question les conditions de sécurité de l'EPR alors que celui-ci n'est même pas encore construit. En revanche, GDF Suez ne connait pas ce genre de problèmes en Belgique. Il est donc aberrant de ne pas autoriser un tel professionnel du nucléaire à construire des centrales en France...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte