[EXCLUSIF] "Si nous restions à l’arrêt pendant six mois, ce serait pour nous synonyme d’arrêt pur et simple." Entretien avec Frédéric Henry, président de Lubrizol France

Le président de Lubrizol France, Frédéric Henry, rencontré par L’Usine Nouvelle le 8 novembre, s’exprime après le gigantesque incendie survenu le 26 septembre sur son site de Rouen.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[EXCLUSIF]
Frédéric Henry, Président de Lubrizol France, s'est confié en exclusivité à L'Usine Nouvelle.

Le 26 septembre, le sinistre, qui n’a pas fait de victimes, a entièrement détruit l’entrepôt de produits finis de l’usine Lubrizol de Rouen (Seine-Maritime), classée Seveso seuil haut. Ainsi que les installations de stockage de son voisin Normandie Logistique, transporteur et logisticien. Au total, 9 500 tonnes de produits ont brûlé, dont 55 % se trouvaient chez Lubrizol et 45 % chez Normandie Logistique.

L’usine Lubrizol elle-même emploie 250 salariés mais le site Lubrizol de Rouen abrite aussi les services supports administratifs (120 salariés) liés à son statut de siège social de Lubrizol France. Ce dernier fournit la moitié des additifs fabriqués en Europe. Il réalise 1,1 milliard d’euros de chiffre d’affaires et emploie 700 salariés, avec les sites de Rouen, d’Oudalle près du Havre et de Mourenx près de Pau.

L'Usine Nouvelle.- Cette journée du 26 septembre, comment l'avez-vous vécue ?

Frédéric Henry.- Un évènement irréel avec une pensée pour les riverains compte tenu de l'ampleur… Une incompréhension de voir un incendie dans un lieu où rien ne bouge.

Les causes du départ de l'incendie sont-elles connues ?

A ce jour, non.

Eric Schnur, PDG de Lubrizol Corporation, a déclaré le 25 octobre à Rouen vouloir redémarrer cette usine "dans les semaines qui viennent", partiellement - les mélanges sans la fabrication d’intermédiaires - et sans reconstruire l’entrepôt détruit. Pourquoi vouloir reprendre aussi rapidement ?

Si nous ne redémarrons pas, nos clients iront voir ailleurs. Si nous redémarrons alors que nos clients ont trouvé d’autres solutions, notre usine n’aura plus de raison de fonctionner. Nous ne pourrons pas rester à l’arrêt pendant six mois. Si c’était le cas, ce serait pour nous synonyme d’arrêt pur et simple.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés

ABONNEZ-VOUS

POUR LIRE LA SUITE

Et accédez à tous les contenus et services de l' édition abonné, soutenez un journalisme d'expertise !

Demain se fabrique aujourd’hui !

A travers nos dossiers, nos chroniques, enquêtes, cas pratiques, ... notre rédaction de spécialistes vous livre des partages d’expérience et témoignages, et vous guide grâce à ses décryptages et ses sélections des meilleures pratiques :

  • Innovations
  • Relocalisations / Made in France
  • Transitions écologique et énergétique
  • Transformation numérique

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS
SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ DE L’USINE NOUVELLE!
visuel hors abonnement

Abonnez-vous et :

  • Recevez le magazine en version papier ou numérique
  • Accédez à tous les contenus et services du site
  • Inscrivez-vous aux newsletters de votre choix
  • Participez aux webinars animés par la rédaction
visuel hors abonnement