Economie

Exclusif : Michelin, le spectre d'un plan social plane sur Clermont

, ,

Publié le

Après avoir épuisé toutes les mesures pour ralentir au maximum l'activité, le groupe réfléchirait à un accord de méthode. Soit le cadre pour mieux négocier un éventuel plan social...

Exclusif : Michelin, le spectre d'un plan social plane sur Clermont

Congés et RTT imposés, chômage partiel, voire arrêt total de la production... Depuis plusieurs mois, les salariés Michelin ont appris à encaisser les mauvaises nouvelles. Le siège social de la manufacture, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), n'est pas épargné. Par deux fois déjà certains ateliers ont du fermer leurs portes.

De nouveaux ralentissements sont à prévoir d'avril à juillet dans plusieurs ateliers. « Pour la première fois, tous les services groupe du siège sont tenus de poser leur cinquième semaine de congés entre le 6 et le 17 avril », vient même d'annoncer la direction lors d'un comité d'établissement, vendredi 20 mars.

Les autres sites français ne sont pas épargnés, comme à Roanne (Loire), Saint-Doulchard (Cher) et Joué-Lès-Tours (Indre-et-Loire), mais aussi à l'étranger, notamment en Amérique du nord, en Russie ou encore en Roumanie, où des mesures de chômage partiel ont été prises récemment. « Tous les secteurs sont touchés, notamment le pneu tourisme-camionnette et le pneu poids lourd, confirme la direction. Nous ajustons la production au cas par cas, usine par usine, atelier par atelier. »

Mais chez les « Bibs », l'inquiétude grandit de jour en jour. Les syndicats redoutent maintenant le pire. « Nous venons d'avoir une réunion avec la direction, explique Hervé Carusca, le représentant FO, à Clermont-Ferrand. On nous a demandé de réfléchir à un « accord de méthode », ce qui est l'étape préliminaire avant des licenciements économiques ou un plan social... Nous sommes très inquiets. » De son côté, la direction relativise cette nouvelle et dément pour le moment toute idée de plan social : « Ce n'est pas à l'ordre du jour. Nous comptons sur une relance de l'économie au deuxième semestre, notamment sur le marché du remplacement. »

A Clermont-Ferrand, où travaillent encore quelque 12 000 salariés Michelin, personne n'a oublié le traumatisme des années 1980 avec ses vagues de licenciements et ses restructurations drastiques. A l'époque, on dénombrait deux fois plus de « Bibs ».

Geneviève Colonna d'Istria, à Clermont-Ferrand

Accord de méthode : que dit la loi ?

L'accord de méthode, initié par la loi Fillon de 2003 et pérennisé par la loi de cohésion sociale de janvier 2005, fixe - par dérogation au code du travail - les modalités d'information et de consultation du comité d'entreprise en cas de restructuration. Ces accords, négociés avec les délégués syndicaux, peuvent fixer le rythme de la consultation, formuler des solutions alternatives, organiser les conditions de départ en cas de suppression de postes. Il s'agit donc d'établir, par la négociation, un consensus avec les organisations représentatives, afin d'éviter des contentieux lors des plans de sauvegarde de l'emploi. « En général, on se lance dans un accord de méthode lorsque l'on envisage une restructuration lourde », précise Florence Achir, avocate au cabinet Daempartners.

A.-S. B.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte