Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

[Exclusif] EDF va consulter ses salariés sur sa stratégie

Aurélie Barbaux , ,

Publié le

De janvier à mi-avril 2018, EDF va organiser en interne l’opération "Parlons énergies", pour recueillir l’avis des collaborateurs sur la stratégie CAP 2030. Une première dans le groupe.

[Exclusif] EDF va consulter ses salariés sur sa stratégie
Les questions et suggestions des salariés d'EDF sur la stratégie CAP 2030, lancée en 2015 par Jean-Bernard Levy, le PDG du groupe, vont être recueillies et cartographiées.
© Stéphane Jayet

Ne parlez pas de consultation. "L’opération Parlons énergies n’en est pas vraiment une", prévient un des pilotes du projet chez EDF. Si de janvier à avril 2018, EDF va bien demander leur avis aux salariés du groupe sur la stratégie CAP 2030, ce n’est ni pour la changer, ni pour en élaborer une nouvelle, malgré la demande pressante de l’État français, son actionnaire majoritaire qui détient 83,4 % du capital, de définir un plan précis pour réduire la part du nucléaire dans le mix électrique français, et accélérer dans les énergies renouvelables, comme cela est prévu par la Loi pour la transition énergétique et la croissance verte de 2015. "La stratégie fixe un cap. On ne peut pas le changer, mais on peut tirer des bords, infléchir la route pour y parvenir", explique-t-on en interne chez EDF.

Le cap c’est celui de la stratégie CAP 2030, lancée en 2015 par Jean-Bernard Levy, son PDG. Elle vise à "doubler la production d’énergies renouvelables d’ici à 2030", à "tripler la part de business réalisé à l’international" à la même échéance, et à "accroître la proximité avec nos clients" lit-on dans les documents de références du groupe. Elle comprend aussi six objectifs d’entreprise qualitatifs aussi peu précis que "baisser drastiquement les émissions de CO2""innover par des solutions numériques d’efficacité énergétique", "intégrer les meilleures pratiques des groupes industriels en matière de développement humain", ou "lancer une approche positive de la biodiversité". Des notions, floues, parfois nouvelles et déstabilisantes, comme l’autoconsommation, que la direction du groupe voudrait voir intégrer dans le quotidien de tous les collaborateurs de l’entreprise.

62 sessions d'ateliers présentiels

Un volet "ambition humaine", avec le développement des dialogues en interne et la transformation du groupe est d’ailleurs inscrit dans la stratégie CAP 2030. Et pas uniquement sur son métier d’électricien. Car si le mot "énergies" est au pluriel ce n’est pas par hasard. "Chez nous, il n’y a pas que de l’électricité. Il y a aussi la chaleur chez Dalkia, d’autres énergies chez Citelum. Ce sont des gens dans le groupe qui ne s’expriment pas souvent", rappelle le pilote du projet. La date non plus n’a pas été choisie par hasard. "On sait qu’il va y avoir une consultation pour la préparation de la PPE [programmation pluriannuelle de l’énergie, NDR]. Si on l’avait fait avant, on nous aurait dit qu'on pourrait influencer le contenu. Et après, c’était trop tard", explique-t-on chez EDF.

Concrètement l’opération "parlons énergies" va avoir un volet présentiel et un volet numérique avec une plateforme internet. Le volet présentiel va se dérouler via 62 sessions d’ateliers de 15 personnes volontaires animés par 140 dialogueurs internes représentant la diversité des métiers du groupe. Ils seront formés au dialogue et à l’échange, pour lancer les débats, les questions et distribuer la parole. Chaque session sera présentée par deux des onze sponsors de la direction du groupe, qui viendront présenter la vision stratégique de CAP 2030. Pour s’assurer de la mixité des métiers parmi les participants, les sessions ne seront pas organisées sur les sites de production. EDF s’attend à la participation de 12 000 collaborateurs en Métropole. Sur la plateforme internet, qui comprendra le même plateau d’informations que les ateliers, le nombre de participants sera illimité.

Libérer la parole 

"C’est la première fois qu’il y a une opération interne de cette ampleur. La dernière fois, c’était à l’occasion de l’ouverture du capital. En 2003/2004 ou l’opération "Gagner ensemble" avait permis de confronter les clients entreprises et résidentiels, avec les salariés de l’entreprise - y compris les organisations syndicales- et d’autres parties prenantes comme les collectivités locales", rappelle un des pilotes du projet.

Cette fois, l’objectif, ce sont les questions, les suggestions, les craintes et les réponses pédagogiques à apporter à la stratégie CAP 2030. Ce serait aussi un moyen de libérer la parole des salariés d’EDF, notamment à l’extérieur, dont ils auraient été privés depuis des années, observe un collaborateur. Pour certains, il est temps de laisser les gens d’EDF s’exprimer. Car les métiers de l’énergie bougent moins vite que les discours politiques le laisse entendre, explique les spécialistes. Mais les salariés d’EDF ont peut-être un autre discours que celui de la direction du groupe à faire entendre.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle