Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

[Exclusif] Ce que dit le rapport de l’Inra sur les alternatives au glyphosate

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Exclusif A la demande du gouvernement, l’Inra vient de rendre un rapport sur les alternatives au glyphosate, que L’Usine Nouvelle s’est procuré. Il présente les pistes possibles, déjà expérimentées dans certaines fermes françaises. Mais ne se prononce pas sur la possibilité ou non de les généraliser d’ici trois ans, comme le veut Emmanuel Macron.

[Exclusif] Ce que dit le rapport de l’Inra sur les alternatives au glyphosate
Les pays de l'Union européenne ont voté de justesse lundi en faveur du renouvellement pour cinq ans du glyphosate, l'un des composants essentiels de l'herbicide Roundup de Monsanto, contre l'avis de la France.
© Jean-Louis Salque

Quatre jours après le vote européen qui a reconduit pour cinq ans le glyphosate, l’Inra a remis ce vendredi 1er décembre un rapport très attendu sur cette molécule controversée. L’Usine Nouvelle a pu se procurer ce document transmis aux ministres de la Transition Ecologique, de la Santé, de l’Agriculture, et de la Recherche et de l’Innovation, suite à leur saisine conjointe du 2 novembre dernier. Mais alors qu’Emmanuel Macron a promis d’interdire en France le glyphosate "dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans trois ans", l’Institut National de Recherche Agronomique se montre prudent, en raison du manque de temps dont il a disposé (voir encadré).

En 2016, rappelle l’Inra, ont été consommées en France métropolitaine 9100 tonnes de cet herbicide qui présente "la double propriété d’être total (tous les végétaux partagent le mécanisme bloqué et sont donc tous sensibles à des degrés divers) et systémique (il migre dans les tissus lui permettant d’atteindre les systèmes racinaires). (…) Fruit de son usage généralisé, on le retrouve ainsi que ses métabolites dans l’eau et le sol et, rarement fort heureusement, dans les denrées agricoles."

Des alternatives possibles, seules ou combinées, y compris pesticides…

Si le glyphosate était interdit, pour maintenir leur niveau de revenu et de rendement, les agriculteurs devraient utiliser d'autres outils, seuls ou combinés : désherbage mécanique et le travail superficiel du sol, labour, agro-équipements permettant le hachage de la végétation (afin d’éviter le recours à une destruction chimique totale), la culture sous mulchs vivants... L’Inra n’exclut pas l’usage d’autres pesticides : "l‘utilisation ciblée d’autres herbicides homologués (mais qui peuvent avoir des profils tox/écotox plus défavorables que celui du glyphosate), pourra être nécessaire pendant une période de transition pour traiter les adventices vivaces qui résisteraient aux options précédentes". Ces leviers, déjà expérimentés au sein du réseau Dephy Ecophyto, "sont donc possibles et même économiquement viables quand ils sont réfléchis avec l’optique d’un couplage des interventions pour en limiter le surcout, et dans une réflexion à l’échelle du système de culture", selon l’Institut.

… Mais des « freins majeurs » voire des impasses

Cependant, "des freins majeurs" existent, sur "l’impact économique et le temps de travail, les évolutions du parc matériel, de la motorisation et des automatismes, les modalités d’installation des cultures pérennes. La réflexion sur la transition vers la sortie du glyphosate doit donc se faire sur une échelle de temps qui prend en compte la mise en oeuvre de ces techniques alternatives", estime l’Inra, qui ne s’avance pas à se prononcer sur les trois ans annoncés par Emmanuel Macron.

Problème, il reste même des impasses pour lesquelles seule la destruction à la main peut répondre pour l’instant. Comme l’agriculture de conservation (qui concerne 4% environ des surfaces de grande culture), les cultures pour des marchés spécifiques avec de fortes contraintes techniques (comme le secteur de la production de semences "pour les espèces fourragères, potagères et florales", les légumes de frais et de conserve cultivés en plein champ), ou encore des niches : le rouissage de la fibre de lin, une activité dans laquelle la France est leader mondial, mais aussi la récolte des fruits à coques.

Quant au surcoût économique à prévoir, il "sera d’autant plus marqué que la diversification des cultures est faible, qu’il n’y a pas d’élevage, que le secteur concerné touche des marchés très concurrentiels au sein de l’Union Européenne".

Plus de robotique, d’agriculture de précision, de biocontrôle…

Pour faciliter l’adaptation, l’instutit recommande des "changements profonds", et notamment : plus de robotisation, "en particulier en maraîchage" et d’outils de désherbage mécanique (ce qui nécessitera une réglementation adaptée), d’agriculture de précision et de cartographie des parcelles pour mieux cibler les interventions chimiques et mécaniques… Mais aussi "des modes de contrôles chimiques ou alternatifs innovants ciblant spécifiquement quelques espèces soit préoccupantes en santé publique soit freins majeurs des conduites actuelles vertueuses, y compris chez les agriculteurs en Agriculture Biologique". L’institut mise sur la recherche pour créer de nouvelles options, comme le biocontrôle.

Nombre de ces changements sont compatibles avec une réduction de la dépendance aux herbicides, au-delà du seul glyphosate, selon l’Inra. Pour lequel "la transition vers l’absence de glyphosate sera aussi facilitée par une adaptation de la demande des consommateurs et l’harmonisation des pratiques entre pays européens pour limiter les distorsions de concurrence". "Avec les autres travaux en cours", ce rapport "permettra au Gouvernement de présenter, lors de la clôture des Etats Généraux de l’Alimentation, une feuille de route ambitieuse visant une agriculture moins dépendante aux pesticides, dont le glyphosate", précisent pour leur part les ministères. Une feuille de route finalisée en début d’année 2018.

 

 

Un mois seulement pour rédiger ce rapport

Saisi le 2 novembre, l'Inra n’a eu que peu de temps pour réaliser son analyse à partir de "données rapidement mobilisables (fermes des réseaux Dephy Ecophyto, rapports nationaux et internationaux, publications scientifiques et techniques) et d’une consultation d’experts de l’Inra, du Cirad et d’Irstea, des Instituts Techniques Agricoles, des Chambres d’Agriculture et des organisations professionnelles agricoles", reconnaît-il. Objectif de son rapport, étudier les alternatives identifiables pour les principaux usages du glyphosate, "les incidences économiques et organisationnelles de leur déploiement et l’accompagnement susceptible d’aider à leur mise en œuvre".

 

 

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus