Exception culturelle, OGM et armement : les "3 lignes rouges" des négociations UE-USA

La France a obtenu que "trois lignes rouges" ne soient pas franchies par l'UE dans les négociations commerciales avec les Etats-Unis et qui concernent l'exception culturelle, les produits agricoles et l'armement, a assuré le ministre des Affaires européennes Thierry Repentin.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Exception culturelle, OGM et armement : les

"Il y avait trois lignes rouges" demandées par la France dans les mandats de négociations donnés à la Commission européenne pour les négociations avec les Etats-Unis, a indiqué le ministre des Affaires européennes Thierry Repentin sur Public Sénat, au soir de l'ouverture de ces négociations.

"Ces trois lignes rouges ont été actées"

Ces trois secteurs à ne pas faire entrer dans le champs des discussions sont "l'exception culturelle", comme déjà annoncé, "les produits de l'agroalimentaire : on bannit les OGM (organismes génétiquement modifiés), les hormones de croissance, les décontaminations chimiques des viandes". "Et le troisième sujet, c'est le marché de l'armement". "Ces trois lignes rouges ont été actées", a assuré le ministre.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les États-Unis et l'Union européenne ont donné lundi à Washington un coup d'envoi discret aux négociations visant à créer l'une des plus grandes zones de libre-échange dans le monde, dans un climat tendu à cause des révélations concernant l'affaire de l'espionnage américain.

Un gain de 0,5% de croissance par an attendu en Europe

L'objectif de l'accord est ambitieux : éliminer l'ensemble des barrières, douanières et surtout réglementaires, qui entravent les échanges entre les États-Unis, première puissance mondiale, et l'Union européenne, son principal partenaire commercial. La zone de libre-échange regrouperait ainsi plus de 820 millions d'habitants et plus de 50 % de la production économique mondiale.

La Commission européenne estime que la mise en oeuvre de l'accord pourrait générer environ 0,5 % de croissance annuelle en plus pour l'UE. Un chiffre contesté par les opposants à cet accord. Mais avec des échanges dépassant les 500 milliards d'euros en 2012, les deux parties attendent beaucoup de la création de cette zone de libre-échange.

0 Commentaire

Exception culturelle, OGM et armement : les "3 lignes rouges" des négociations UE-USA

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS