Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

ExcelRise réduit l’empreinte environnementale du brasseur Carlsberg

Laurent Rousselle , , ,

Publié le

Issu à 100% de déchets plastiques, le film de regroupement rétractable du plasturgiste ouvre la voie à l’économie circulaire. Avec lui, le brasseur Danois entre dans la boucle et engage une démarche pour réduire ses émissions carbones.

ExcelRise réduit l’empreinte environnementale du brasseur Carlsberg
Carlsberg emballe ses bouteilles avec le film R100 du français ExcelRise. Un plastique 100 % reyclé.

ExcelRise, dont l'une des activité consiste à produire des films plastiques destinés au regroupement de produits alimentaires, hygiéniques et logistiques, a été choisi par Carlsberg pour emballer les multipack de la marque destinés au marché suédois.

Essentiellement produit dans l’usine normande de sa filiale Ceisa Packaging, ce film rétractable en polyéthylène, appelé R100, est produit à 50 %, à partir de déchets post consommation, et à 50 % à partir de déchets industriels collectés et transformés par

ExcelRise. Dans le cadre du partenariat avec le producteur de bières, cette répartition diffère légèrement puisque sur ces 100 %, 30 % proviennent des plastiques de déballage des brasseries européennes. Pour cela, le plasturgiste s’est engagé à récupérer les balles produites à partir de déchets issus des usines. Essentiellement des films de déballages utilisés pour maintenir les bouteilles en verre sur les palettes pendant leur transport.

Ambition européenne

ExcelRise produit environ 8 000 tonnes de film comportant une haute teneur en matière vierge secondaire, sur une production totale de 50 000 tonnes. Le R100 représente 3 000 des 8 000 tonnes dont quelques centaines sont pour l’instant destinées à Carlsberg. "Une quantité qui devrait augmenter", selon Arthur Lepage, dirigeant du groupe ExcelRise. Le film de fardelage doit emballer, en début d’année prochaine, les produits du brasseur destinés au Danemark. Fin 2019, cela sera ensuite au tour de la France d’accueillir les packs de la marque Kronenbourg. D’autres pays européens devraient suivre comme la Suisse et la Norvège.

Pour le groupe danois, l’objectif consiste à "mettre davantage l’accent sur le recyclage et de réduire l’empreinte carbone" de ces films, souligne Dirk Friedmann, responsable de l’activité multipack de Carlsberg. Du côté de l’industriel français, le projet illustre son engagement aux côtés de la Fondation Ellen MacArthur dont il a signé l'Engagement Mondial de la Nouvelle économie des plastiques.

Valoriser les déchets par soi-même

"Aujourd’hui, 85 % de nos produits sont issus de la filière pétrolière", reconnaît Arthur Lepage, qui vise à inverser les proportions d'ici à 2025. "Nous avançons par étape. Nous passons d’un monde où nous achetons des matières normées, à un monde où on traite différentes sources de déchets que nous devons contrôler et caractériser en laboratoire", explique le patron.

La production industrielle du R100 en est le parfait exemple. Pour y parvenir, l’industriel a développé un circuit de collecte et de valorisation. L’entreprise multiplie les sources d’approvisionnement. Si elle se fournit auprès d’entreprises spécialisées dans la gestion de déchets, elle installe aussi de plus en plus des "petites presses" directement chez ses clients. Ces derniers n’ont plus qu’à produire les balles qui seront ensuite collectées, lavées et transformées en granulés. Investir dans la valorisation est l’une des clés pour le patron.

Déjà propriétaire de deux sites de valorisation, en France et au Portugal, le dirigeant envisage la création d’un troisième en Europe du nord ou en Europe centrale. "La collecte est intéressante sur un rayon de 500 à 600 km. A terme, je souhaite développer un maillage plus fin des zones de collecte." En France, sur les 4 millions de tonnes de déchets plastiques produites chaque année, le polyéthylène représente environ 20 % du gisement. "La ressource plastique est énorme et quasi pas valorisée", note Arthur Lepage qui compte bien profiter.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle