Evans (Fed) pour une normalisation progressive

par Tom Polansek
Partager
Evans (Fed) pour une normalisation progressive
La Réserve fédérale peut procéder à une hausse progressive des taux d'intérêt dans les années qui viennent sans trop craindre de provoquer une résurgence indue de l'inflation, estime Charles Evans, le président de la Fed de Chicago (photo). /Photo prise le 11 octobre 2017/REUTERS/Arnd Wiegmann

CHICAGO (Reuters) - La Réserve fédérale peut procéder à une hausse progressive des taux d'intérêt dans les années qui viennent sans trop craindre de provoquer une résurgence indue de l'inflation, estime Charles Evans, le président de la Fed de Chicago.

"Je ne perçois pas de risque démesuré de flambée inflationniste", a-t-il dit mardi.

La Fed a lancé en décembre 2015 un processus de resserrement monétaire qui a porté le fourchette objectif de taux des Fed funds à 1,5%-1,75%.

Certains économistes pensent que la Fed doit accélérer la normalisation de sa politique monétaire pour empêcher une flambée d'inflation dans un contexte de quasi plein emploi, de politique budgétaire expansive et de croissance économique soutenue à la fois par les ménages et les entreprises.

Mais pour Evans, il est peu probable que la banque centrale répète ses erreurs des années 70; elle avait laissé alors s'installer la surchauffe sur le marché du travail, provoquant une accélération de l'inflation et s'obligeant par la suite à resserrer les taux en toute hâte, ce qui avait provoqué une récession en fin de compte.

Actuellement, l'inflation et les anticipations d'inflation sont basses, fait remarquer Evans, et il est difficile d'imaginer une brusque poussée d'inflation sans de fortes revalorisations salariales, lesquelles paraissent inexistantes.

L'inflation va remonter, ajoute Evans, mais pas aussi fort que dans les années 70 et sans les mêmes conséquences pénibles.

"De ce fait, il n'est pas nécessaire de porter le taux des Fed funds bien au-dessus de son niveau neutre comme ce fut le cas par le passé, lorsque l'inflation de fond avait dû être abaissée de plusieurs crans", explique-t-il.

"Des hausses progressives s'imposent dans ce contexte, et certainement comme un moyen de limiter les dégâts si la politique monétaire devient rapidement trop restrictive".

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS