Bras de fer entre Eutelsat et Inmarsat sur le Wifi en vol

L'opérateur français de satellite Eutelsat a engagé un bras de fer contre son concurrent Inmarsat. Devant le Conseil d'Etat, il conteste l'autorisation donnée au Britannique d'exploiter des antennes relais au sol pour proposer un accès internet à bord des avions.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bras de fer entre Eutelsat et Inmarsat sur le Wifi en vol
Eutelsat conteste l'autorisation donnée au Britannique d'exploiter des antennes relais au sol pour proposer un accès internet à bord des avions.

Il y a un an, il annonçait se joindre à son partenaire ViaSatqui dans une action devant le tribunal de l'Union européenne. Mercredi 25 avril, le groupe français Eutelsat a finalement saisi le Conseil d'Etat pour contester, dans l'Hexagone, l'autorisation donnée par l'Arcep, l'autorité de régulation des télécoms à son concurrent britannique Inmarsat d'exploiter des antennes pour lancer une offre wifi air-sol. Eutelsat a pour sa part recours à un satellite qui devrait être opérationnel à l'horizon 2021.

Or aux yeux d'Eutelsat, le service proposé par Inmarsat aux compagnies aériennes ne répond pas à l'objectif de la licence qui lui a été octroyée, à savoir participer à la lutte contre la fracture numérique en France et en Europe, a-t-il précisé dans une déclaration transmise à Reuters. L'opérateur français estime également que l'utilisation d'antennes relais au sol ne respecte pas la réglementation européenne définissant un système mobile par satellite.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Inmarsat réplique que son offre se conformait au cadre établi par les institutions européennes et mis en oeuvre par les autorités nationales. "Nous considérons que l'action engagée par Eutelsat est entièrement sans fondement. Inmarsat maintient que ces demandes sont uniquement destinées à affaiblir ses intérêts économiques légitimes, tout en renforçant leur propre position compétitive dans le processus d'appels d'offres actuellement en cours avec les compagnies aériennes européennes", a indiqué un porte-parole du groupe britannique.

(Avec Reuters: Gilles Guillaume, avec Paul Sandle à Londres, édité par Marc Joanny)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS