EuroSoftware 100: le Top 100 des éditeurs français a été peu touché par la crise en 2009

Les éditeurs doivent s'adapter pour maintenir leur croissance dans les années à venir, selon l'Association française des éditeurs de logiciels (Afdel), qui plaide pour un renforcement des offres de "cloud computing". L'enjeu: rester présent sur ce segment, où s'imposent actuellement de nouveaux (et nombreux) concurrents.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

EuroSoftware 100: le Top 100 des éditeurs français a été peu touché par la crise en 2009

L'Afdel vient de présenter la version 2010 de l'« EuroSoftware 100 », une étude sur le secteur du logiciel réalisée à sa demande par PricewaterhouseCoopers et Pierre Audoin Consultant (PAC). La bonne nouvelle : le chiffre d'affaires « logiciel » des 100 sociétés françaises interrogées pour ce classement n'a baissé « que » de 1,4% l'an dernier (à 3,5 milliards d’euros). « Si l'on prend le secteur de l'informatique professionnelle dans son ensemble, l'industrie du logiciel a été un peu moins été touchée par la crise que celle des services », affirme Loïc Rivière, délégué général de l'Afdel. La raison est simple, d'après lui : « Les éditeurs, même s'ils sont affectés par le gel de certains projets, évoluent sur des cycles plus longs que les sociétés de services de par leur modèle économique. Ils interviennent sur des budgets qui sont difficiles à couper du jour au lendemain ».

La mauvaise nouvelle : « Compte tenu de ces différences de cycles, il est probable que les effets de la crise se feront sentir plus tard en 2010 pour les éditeurs de logiciels », reconnaît Loïc Rivière. Mais pour l'heure, le Top 100 des éditeurs français « a plutôt bien résisté » si l'on en croit l'association, qui souligne que le classement se caractérise par « une concentration de 61% du chiffre d’affaires global autour des dix premiers acteurs et un marché par ailleurs fortement atomisé avec 60 entreprises du Top 100 ne réalisant pas plus de 15 millions d’euros de chiffre d’affaires ».

La montée en puissance du « cloud computing » pose de nouveaux défis


Reste que l'industrie du logiciel doit absolument s'adapter pour maintenir son niveau de croissance. Le cloud computing (l'informatique dématérialisée) « est à la fois une opportunité et une menace », martèle Loïc Rivière. « C'est une opportunité car cela permet à de nouveaux entrants de se positionner avec des services en ligne (de type SaaS) sur des marchés sur lesquels ils n'auraient pas pu se positionner de façon différenciante auparavant. Le cloud est aussi une menace car il rebat les cartes sur tout le marché : on voit émerger de nouveaux écosystèmes structurants, avec notamment les plates-formes qui se constituent autour d'acteurs internationaux comme Microsoft et VMware ».

Pour Loïc Rivière, « le risque pour les éditeurs français serait de se retrouver dans une situation de dépendance vis-à-vis de ces plates-formes ». Voire de s'en trouver écarter au profit de nouvelles typologies d'intervenants. « Le cloud computing rebat les cartes entre les acteurs historiques et les nouveaux entrants. Il rebat aussi les cartes sur toute la chaîne de valeur de l'informatique : le service, l'édition, le matériel, l'hébergement et les télécoms. Bon nombre d'hébergeurs, de SSII et d'opérateurs réseaux vont notamment se tourner vers le cloud pour fournir à leurs clients de nouveaux services de type logiciel », conclut-il. D'où la volonté de l'Afdel « d'aider prochainement les éditeurs français à se regrouper autour de plates-formes et de standards communs ».


Christophe Dutheil

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS