Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Eurosity voit le jour à Châteauroux

, ,

Publié le

Châteauroux a officiellement lancé Eurosity le 11 juin, le premier "hub de coopération économique franco-chinois" en Europe. Une foncière chinoise investit 20 millions d’euros dans un premier bâtiment de 4 400 mètres carrés.

Eurosity voit le jour à Châteauroux
Ville de Châteauroux
© Google Maps

Une filiale de Beijing Capital Group (BCG), la SFECZ (Sino-France Economic Cooperation Zones) investit 20 millions d’euros sur la nouvelle zone d’activités d’Ozans, à Châteauroux (Indre). La première pierre du premier immeuble de bureaux a été posée le 11 juin, en présence d’une délégation de BCG, qui est le bras armé des collectivités locales de trois régions chinoises pour l’immobilier et les infrastructures (6,6 milliards d’euros d’actifs). Dans dix-huit mois, un bâtiment de 4 400 mètres carrés de bureaux sera opérationnel, a annoncé Wang Shouyu, président de la SFECZ, qui a rebaptisé cette nouvelle zone d’affaires Eurosity, "premier hub sino-européen de coopération économique."

Trois entreprises vont s’implanter dès la fin 2015. Les chinois Huaweï (télécoms) et Sanei (ascenseurs), et un centre de formation français, Aformac. "Huaweï installera un centre de formations pour les salariés de ses clients FAI (Fournisseurs d’accès internet). Sanei déploiera un show-room et un centre de relations clients pour toute l’Europe", résume Wang Shouyu.

Imaginée dès 2009, cette zone d’activités avait été annoncée en grandes pompes fin 2010, mais le précédent investisseur immobilier n’avait pas pu mobiliser suffisamment de fonds. La crise aidant, le dossier s’enlisait, avant que BCG ne le reprenne à son compte. La pose de cette première pierre marque le coup d’envoi d’une nouvelle zone d’activités de 460 hectares de haute qualité environnementale. L’agglomération a prévu d’investir 91 millions d'euros sur quinze ans (achats de terrain, rénovation et création de voieries) et le département de l’Indre a déjà mobilisé 15 millions d'euros pour les routes d’accès.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle